Malgré son échec à la primaire interne de la droite, Georges Tron veut briguer la présidence de l'Essonne

Publié à 14h35, le 30 mars 2015 , Modifié à 17h29, le 30 mars 2015

Malgré son échec à la primaire interne de la droite, Georges Tron veut briguer la présidence de l'Essonne
Georges Tron © KENZO TRIBOUILLARD / AFP

C'est un poste qu'il se voyait bien occuper. Mais Georges Tron ne sera finalement pas le candidat de l'UMP à la présidence du Conseil général de l'Essonne. Selon France Bleu Île-de-France, c'est le maire UMP de Montgeron (Essonne), François Durovray, qui lui a été préféré après un vote à bulletin secret de l'ensemble des conseillers départementaux de droite élus aux élections départementales. Toujours selon France Bleu Île-de-France, François Durovray aurait recueilli 15 voix contre 12 pour Georges Tron. Un conseiller départemental s'est abstenu.

Dimanche soir, François Durovray avait directement appelé à ce que Georges Tron ne devienne pas le président du Conseil Général de l'Essonne. Il avait dit:

La presse a annoncé qu’il y avait deux candidats potentiels Georges Tron et moi. Je n’en dirais pas plus sur mes intentions. Mais je précise que je tiens à ce que nous trouvions une solution pour que Georges Tron ne soit pas le prochain président de notre assemblée départementale. Il est présumé innocent (Georges Tron est renvoyé aux assises pour viol, ndlr) et a été légitimement élu sur le canton de Draveil. Mais nous avons un devoir d’exemplarité

[EDIT 16h45]

JE ME PRÉSENTE QUAND MEME - S'il a semblé accepter dans un premier temps la décision des élus de droite de l'Essonne, George Tron n'entend finalement pas s'y conformer. Interrogé par Le Monde, il affirme vouloir tout de même se présenter à la présidence : 

Je tiens à garder ma liberté de parole. Et ce n'est pas la voix de Debout la France, c'est-à-dire la voix de l'extrême droite qui va peser au sein de notre majorité. En l'état, je serai candidat, jeudi.

Mais son choix est suspendu à une décision de justice. En effet, la Cour de Cassation se penchera sur son renvoi aux assises pour viol mercredi 1er avril. Elle confirmera ou non son renvoi.

Du rab sur le Lab

PlusPlus