Gérard Filoche affirme qu’il a les parrainages nécessaires pour participer à la primaire de la BAP

Publié à 10h03, le 14 décembre 2016 , Modifié à 10h03, le 14 décembre 2016

Gérard Filoche affirme qu’il a les parrainages nécessaires pour participer à la primaire de la BAP
Gérard Filoche. © AFP

Combien seront-ils sur la ligne de départ ? Y aura-t-il plus de candidats à la primaire de la Belle alliance populaire qu’à celle de la droite ? A 24 heures de la date limite de dépôt des candidatures à la primaire organisée par le PS, ils sont encore nombreux en lice malgré le renoncement de Marie-Noëlle Lienemann. Mais combien auront in fine les parrainages suffisants ?

Présenté comme un "petit candidat", Gérard Filoche, candidat déclaré de longue date, assure ce mercredi 14 décembre qu’il en sera. "Ça devrait le faire", dit-il sur RMC, ajoutant qu’il a bien ce qu’il faut comme parrainages dans sa besace pour concourir. Mais dans un discours un tantinet complotiste, il dit craindre "des embrouilles" l'empêchant d'être réellement candidat :

"

Je voudrais avoir encore plus de parrainages que nécessaires. Je voudrais dépasser pour pas qu’il y ait d’embrouilles. Il y en a de partout. On le saura (s’il est candidat, ndlr) quand le comité national d’organisation des primaires aura rendu son verdict. On est à J -1. Oui, je dépose le nombre de parrainages nécessaires.

"

Un discours volontaire et confiant qu’il a également tenu sur France Inter ce mercredi. "Je crois que j'aurais les soutiens nécessaires pour déposer ma candidature à primaire de gauche", insiste Gérard Filoche. Mais l’ex-inspecteur du travail craint que la direction du Parti socialiste ne lui mette des bâtons dans les roues. "Je ne sais pas comment se feront les arbitrages ensuite", prévient celui qui demandait "de l’aide pour le buzz" afin d’obtenir ces précieux sésames.

Hormis Gérard Filoche, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ont d’ores et déjà déposé leurs parrainages. Ce qui devrait également être une formalité pour l’ancien Premier ministre Manuel Valls ou pour Vincent Peillon – s’il se met à jour de cotisations.

Le président du Front démocrate Jean-Luc Bennahmias et l'écologiste François de Rugy n’auront pas à franchir cet obstacle, étant qualifiés comme candidats de partis associés à la Belle alliance populaire. Ce mercredi, ils pourraient être rejoints par Sylvia Pinel si les militants du PRG décident de rallier sa candidature à la primaire.

Du rab sur le Lab

PlusPlus