Hervé Mariton veut "redonner envie aux gens de croquer la vie"

Publié à 16h34, le 02 avril 2015 , Modifié à 16h37, le 02 avril 2015

Hervé Mariton veut "redonner envie aux gens de croquer la vie"
Hervé Mariton veut faire kiffer les Français © LOIC VENANCE / AFP

CROQUANT GOURMAND - Hervé Mariton aime la vie. Et se désole de voir ses compatriotes un peu moroses, ces derniers temps. Alors le député de la Drôme a décidé de changer tout ça. Avec lui, ce sera un peu "fume avant que la vie te fume", comme on dit. 

Ce petit côté épicurien, Hervé Mariton le dévoile à Paris Match, jeudi 2 avril. L'hebdomadaire lui consacre un encart titré "Moi président...", référence à vous-savez-qui.

Le troisième (et dernier) homme de la course à la présidence de l'UMP présente donc quelques mesures fortes qu'il appliquerait s'il devait remplacer François Hollande en 2017 : "Je ferais réécrire le Code du travail afin de le rendre plus léger, plus efficace. Je lancerais une baisse des impôts à hauteur de 10 milliards, et des dépenses à hauteur de 20 milliards."

Voilà qui est déjà plutôt alléchant. Hervé Mariton en est conscient. Il se lâche un peu et explique :

Ce serait un premier choc indispensable pour redonner confiance et envie aux gens de croquer la vie

 

Carpe diem, quoi. Un argument que le député avait déjà développé sur Sud Radio le 31 mars :

 

Cela veut dire que le Code du travail pèse très gravement sur les chefs d’entreprise français. Eux qui devraient avoir envie de croquer dans la vie, eux qui ont fait ce très beau projet de se lancer dans la vie de l’entreprise, c’est parce qu’ils avaient envie de bouffer la vie.

Si vous avez envie de "bouffer la vie", vous savez donc vers qui vous tourner. Mais ce n'est pas tout. Hervé Mariton a d'autres idées pour la France. Il détaille à Paris Match :

En matière judiciaire, je ferais en sorte qu'il n'y ait pas de délit sans peine, en multipliant les tribunaux par exemple. Pour insuffler la culture d'entreprise aux jeunes, j'instaurerais un stage obligatoire en fin de seconde, de quatre à six semaines.

 

En tous cas, on lui a déjà trouvé un slogan de campagne : La France croquante gourmande. Pour rappel, lors de l'élection du président de l'UMP, il avait plutôt opté pour ceci :

 

Le vote utile, c'est le vote des convictions, c'est le vote de l'organisation, c'est le vote Mariton.

>> À relire sur Le LabMalek Boutih et son plan pour la France : "Il faut faire kiffer la République"

Du rab sur le Lab

PlusPlus