Jean-Louis Debré hostile aux tablettes dans l'hémicycle

Publié à 18h40, le 24 novembre 2012 , Modifié à 11h23, le 25 novembre 2012

Jean-Louis Debré hostile aux tablettes dans l'hémicycle
(France 3)

Les tablettes ont du succès chez les députés, comme vous le raconte régulièrement le Lab lors des comptes-rendus des questions au gouvernement. (, , ou , par exemple).

Le Telegraph, quotidien britannique, explique que des députés se sont fait pincer en train de jouer au poker ou aux échecs, sur leurs tablettes, comme le rapportait vendredi le Parisien. 

Parmi-eux, Matthieu Hanotin, élu socialiste de Seine-Saint-Denis, aurait admis avoir jouer aux échecs pendant une nuit de débat au Palais-Bourbon. 

Alors que Claude Bartolone est jugé plutôt tolérant sur la question, le quotidien interroge Jean-Louis Debré, ancien président de l'Assemblée nationale, qui s'avère être scandalisé par ces comportement. 

Consterné, il déclare : 

"

On ne fait pas élire des représentants du peuple pour qu'ils viennent aux cartes. Franchement, dans ce cas, je serais plutôt qu'ils (les députés, ndlr) ne se présentent pas du tout.

"

"C'est exécrable pour la démocratie", poursuit-il. "Lors d'un débat, un député doit venir seul avec sa conscience et ses idées". Le président du Conseil constitutionnel se déclare tout à fait favorable aux mobiles et aux ordinateurs partout dans l'Assemblée, sauf dans l'hémicycle. 

L'Assemblée nationale a déjà des brouilleurs d'ondes installés. Mais le quotidien explique que Claude Bartolone, contrairement à son prédécesseur, ne les utilise pas.

Quelques captures prises par le Lab, lors des questions au gouvernement : 

Du rab sur le Lab

PlusPlus