Jean-Michel Ribes: "le papa et la maman, ça a quand même donné Hitler"

Publié à 20h09, le 28 janvier 2013 , Modifié à 12h17, le 29 janvier 2013

Jean-Michel Ribes: "le papa et la maman, ça a quand même donné Hitler"
Jean-Michel Ribes, le 22 juin 2012 (Maxppp)

POINT GODWIN - Prenez Frigide Barjot, pasionaria des opposants au mariage homo, et Jean-Michel Ribes, fervent défenseur du projet de loi et directeur du théâtre du Rond-Point, cela donne forcément des étincelles.

Lundi 28 janvier dans RTL Soir chez Marc-Olivier Fogiel, Frigide Barjot défend le modèle de famille traditionnel et Jean-Michel Ribes goûte moyennement l'argument de celle-ci. Il lui lance:

On n’est pas uniquement le fils de son père et de sa mère. Le papa et la maman ça a quand même donné aussi Hitler. Il faut quand même le rappeler.

Voici cet échange, mis en ligne sur un compte youtube recensant les passages médias de Frigide Barjot :

 Loin de se formaliser, Frigide Barjot enchaîne:

On peut reprendre aussi tout ce qui déconne, moi je suis pas d’accord. Il faut garder le principe, et le meilleur. Et le meilleur ça doit pas donner Hitler.

Pourtant, Frigide Barjot sait bien que l'évocation du IIIe Reich est un terrain glissant. Lors de la "manif pour tous" du 13 janvier dernier, elle corrigeait en direct sur BFMTV le jeune Xavier Bongibault qui comparait alors le président de la République à Adolf Hitler:

On nous explique en permanence que tous les homosexuels sont pour le projet de loi parce qu'ils sont homosexuels.C'est une logique choquante et homophobe de la part de ce gouvernement.

C'est dire que tous les homosexuels n'ont pour seul instinct sexuel leur orientation sexuelle, c'est la ligne qui était défendue par un homme que l'Allemagne a bien connu à partir de 1933, et c'est la ligne que défend aujourd'hui François Hollande.

La ministre de la Justice Christiane Taubira, elle, était caricaturée en Adolf Hitler le 18 janvier dernier. Le site 24heuresactu.com avait alors choisi d'apposer à sa photographie des symboles du régime nazi, dont deux croix gammées.

Thibaut Pézerat

Du rab sur le Lab

PlusPlus