La ministre des Sports, Valérie Fourneyron, se dit "choquée" et "écœurée" par la quenelle d’Anelka

Publié à 17h31, le 28 décembre 2013 , Modifié à 10h23, le 29 décembre 2013

La ministre des Sports, Valérie Fourneyron, se dit "choquée" et "écœurée" par la quenelle d’Anelka
Valérie Fourneyron et Nicolas Anelka. (Montage via Maxppp)

FOOTPOLITIQUE – En plein débat autour de Dieudonné – qui a "popularisé" le geste de la quenelle - et de la volonté de Manuel Valls d’interdire ses spectacles, le footballeur Nicolas Anelka a fait parler de lui.

L’ancien attaquant de l’équipe de France, qui avait posé avec Dieudonné faisant une quenelle, a récidivé ce samedi 28 décembre, après avoir marqué un but pour son équipe anglaise de West Bromwich Albion. "Lamentable", avait aussitôt jugé le député PS Yann Galut.

Mais il n’est pas le seul à avoir publiquement déclaré sa désapprobation envers la quenelle de Nicolas Anelka. Valérie Fourneyron, la ministre des Sports, a elle aussi critiqué le geste du footballeur.

Pour la ministre, il s’agit d’une "provocation choquante, écœurante". Un geste qui n’a pas, selon elle, sa place sur un terrain de football où tout geste politique est prohibé :

 
[Edit 29 décembre] Face aux réactions suscitées par son geste, Nicolas Anelka a déclaré, sur Twitter, avoir fait cela pour faire "une spéciale dédicace" à son ami Dieudonné, sous le feu des critiques et dans le viseur du gouvernement.
 

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus