La "Nouvelle France industrielle" décortiquée : Colbert, Renault, Pompidou et Vivaldi

Publié à 12h50, le 12 septembre 2013 , Modifié à 14h56, le 12 septembre 2013

La "Nouvelle France industrielle" décortiquée : Colbert, Renault, Pompidou et Vivaldi
Captures d'écran du clip de la "Nouvelle France industrielle", diffusé le 12 septembre 2013.

#COMPOL - A l'occasion de la présentation des "34 plans de la nouvelle politique industrielle de la France" au palais de l'Elysée, un clip vidéo particulièrement patriotique a été diffusé à un parterre d'entrepreneurs au palais de la Présidence, juste avant une prise de parole du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, principal instigateur du projet.

François Hollande, Président de la République, et Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, se font présenter des projets innovants le 12 septembre 2013 à l'Elysée.

Dans le clip produit par le "MRP" et bien relayé par l'Elysée sur Twitter via le hashtag #34plans, on croise, pêle-mèle, un Airbus, Charles de Gaulle, Vivaldi, Colbert, Renault, une montgolfière...

"La France se réinvente. Elle se réinvente avec chaque Français. Elle rassemble ses travailleurs, ses entrepreneurs, ses chercheurs, ses créateurs, ses ingénieurs... La France se relève, la France se réinvente", narre Denis Podalydès, l'acteur français qui avait incarné Nicolas Sarkozy dans La Conquête et soutenu François Hollande pendant la campagne présidentielle.

La production de ce clip, diffusé lors d'un événement que le ministre du Redressement productif dit concocter depuis un an, ne laisse rien au hasard. Quatre petits détails ont retenu l'attention du Lab.

#1 - TOUT COMMENCE AVEC COLBERT

 

Capture d'écran du clip vidéo.

C'est au ministre de Louis XIV que revient l'honneur d'ouvrir la vidéo qui présente la France qui "se réinvente". Colbert, né en 1619 et mort en 1683, est présent au titre de ses "manufactures", mises en place à partir des années 1664.

Une quinzaine d'usines de production, dont la manufacture des Gobelins ou la manufacture des Glaces (l'ancêtre de Saint-Gobain), mises en place pour améliorer la production industrielle de la France. Cette création d'entreprises est partie prenante du "colbertisme", un courant de pensée duquel se réclame... Arnaud Montebourg.

Le colbertisme est une adaptation du mercantilisme, dont le principe premier est que la puissance d'un Etat repose sur ses réserves d'or. L'essor industriel et commercial de la Nation doit permettre à l'Etat d'asseoir sa puissance sur l'excédent commercial, sur lequel il prélève un impôt.

Celui d'Arnaud Montebourg est un peu différent, il s'agit du "Colbertisme participatif", inspiré de Colbert et de Barack Obama, comme l'expliquait Rue89 à la fin du mois d'août.

Clin d'oeil - appuyé - du ministre du Redressement productif : en juin 2013, il avait intitulé un logiciel censé aider à la relocalisation des entreprises en France... Colbert 2.0.

#2 - L'AUTO EN FRANCE, C'EST RENAULT

Capture d'écran du clip vidéo

Une R5, une enseigne Renault et une Formule 1 battant pavillon de la marque au losange... Alors que Renault apparaît en majesté dans le début du clip, parmi les grandes inventions françaises, il faut attendre la fin du clip pour voir apparaître, fugacement, une C5 Citroën et un prototype Peugeot.

Que les deux marques françaises - qui ont pourtant produit quelques modèles iconiques et innovateurs, comme la 2CV, la 206 ou la DS - appartiennent au groupe PSA aurait-il joué en leur défaveur ?

Le groupe, qui avait annoncé un vaste plan social quelques semaines après l'arrivée de François Hollande au pouvoir, pourrait ne plus être dans les bonnes grâces du gouvernement, et notamment d'Arnaud Montebourg, qui avait eu maille à partir avec Philippe Varin, le président du directoire de PSA.

#3 - LES EPREUVES VIENNENT D'AMERIQUE

Montage de captures d'écran du clip vidéo

Du krach de Wall Street en 1929 à la faillite de Lehman Brothers en 2008, en passant par le célèbre bombardier américain B52 à l'oeuvre au cours de la Seconde guerre mondiale, les "épreuves traversées par la France" que présentent la vidéo viennent toute d'Outre-atlantique.

Si on peut passer outre le fait que le bombardier soit américain - il symbolise la destruction causée par la guerre 1039-1945, notamment par les bombardements -, les autres "épreuves", économiques, sont éloquentes.

Il n'est par exemple pas fait mention de la crise de l'Union européenne, contre qui Arnaud Montebourg donne régulièrement de la voix - d'ailleurs, le matin même...

#4 - LES PRESIDENTS CITES : CHARLES DE GAULLE et GEORGES POMPIDOU

Montage de captures d'écran du clip vidéo

L'absence du seul autre président socialiste de la Ve République, François Mitterrand, peut surprendre. Seuls sont cités, avec François Hollande qui "veut faire de la réindustrialisation une des priorités de la France", les deux premiers présidents de la Ve, le Général de Gaulle, et Georges Pompidou.

Il faut dire que leurs citations cadrent parfaitement avec le "pitch" de la vidéo. Charles de Gaulle :

Il nous faut, ou bien accéder au rang d'un grand Etat industriel, ou bien nous résigner au déclin.

Georges Pompidou :

La France a commencé et largement entamé une révolution industrielle.

#Bonus - Le Made in France, c'est bien, mais Vivaldi, c'est mieux

Les plus puristes - ou les plus fanatiques du Made in France - pourront déplorer que le soin de la bande son d'une vidéo chantant les louanges de la patrie de Chopin, Berlioz ou Debussy ait été confiée à un compositeur... Italien.

Le clip est en effet rythmé par un extrait des Quatres saisons d'Antonio Vivaldi. La cohérence temporelle a peut-être été préférée à celle de la nationalité, puisque l'extrait en question met en musique la fin de l'été.

[Edit 14:53] Ajout des remerciements d'Arnaud Montebourg à Denis Podalydès

Du rab sur le Lab

PlusPlus