A Cannes, la sexualité des seniors fait des remous

Publié à 21h10, le 25 juin 2012 , Modifié à 22h26, le 25 juin 2012

A Cannes, la sexualité des seniors fait des remous
(Maxppp)

AVIS DE TEMPETE. Au dernier conseil municipal de Cannes, on a beaucoup parlé de sexualité des seniors, ce lundi 25 juin. 

Vous avez bien lu.

En cause, l’intervention d’un élu de l’opposition, Philippe Tabarot (divers droite), qui réclamait des explications sur la diffusion d’une enquête, par le CCAS, consacrée à la sexualité des seniors (pratiques et prévention des MST). "C’est totalement déplacé", explique-t-il au Lab.

Contacté par Le Lab, le CCAS explique qu’il s’agit de santé publique. Et revendique : "n’en déplaise à certains, à 60 ans, on a encore une vie sexuelle".

  1. CCAS de Cannes : "A 60 ans, on a encore une vie sexuelle !"

    Sur quoi se sont attardés les conseillers municipaux de Cannes, pour leur dernière séance en conseil, ce lundi 25 juin ? La rénovation du dernier PLU ? L’afflux de touristes sur La Croisette cet été ?

    Rien de tout ça : ils se sont attardés sur la sexualité des seniors.

    A l'origine, une intervention de Philippe Tabarot, élu divers droite de l'opposition, qui a réclamé des explications suite à la diffusion d’une enquête par le CCAS, consacrée à la sexualité des seniors, et plus précisemment, leur pratiques et leur prévention des MST.

    "

    Ce questionnaire est totalement déplacé.

    On a été saisi par des habitants de la commune, choqués.

    "

    S’en est suivi un débat, entre rires et gêne, explique Nice Matin.

    De quoi parle l'élu ?

    D'une enquête créée par l’association Sida Info Service, soutenue par le ministère de la Santé, baptisée "qualité de vie affective et santé sexuelle des seniors". Un objectif : mieux connaitre la sexualité des seniors et leur mode de protection face aux MST.

    L'association mène régulièrement des enquêtes (ici et ) sur la prévention des MST auprès de publics variés. 

    Le type de questions posés ? Contacté, Philippe Tabarot les décrit :

    "

    Avez-vous un compagnon ? Quelle est la fréquence de vos rapports sexuels ? Êtes-vous satisfait ?

    Bon, là encore. Mais après y’a des questions qui montent en puissance.

    Avez-vous des relations sexuelles avec des personnes autres que votre compagnon ? Vous masturbez-vous ? Vous caressez-vous ? Quelle est votre orientation sexuelle ?

    "

    La diffusion du questionnaire a été stoppée, face aux réactions négatives, explique l'élu.

    Bernard Brochand, le maire UMP de Cannes, également président du CCAS, n'était pas au courant, explique-t-on à la mairie.

    Pudeur ? Philippe Tabarot explique :

    "

    Y’a une génération qui n’est pas à l’aise [avec ces questions]

    Certains sont veufs, veuves, d’autres vivent seuls.

    Je ne suis pas convaincu que la masturbation des seniors soit le problème majeur dans la prise en charge des personnes âgées dans le département.

    "

    De son côté, le CCAS, également contacté par Le Lab, brandit l’étendard de la prévention et de la santé publique :

    "

    [à 60-65 ans], on arrive sur des générations qui peuvent contracter différentes MST.

    "

    Et s'énerve :

    "

    Ca fait beaucoup de barouf. N’en déplaise à certains, à 60 ans, on a encore une vie sexuelle. Avec préservatif !

    En France, on est encore un peu coincé. Eux [les seniors] le sont peut être moins finalement.

    "

    Plutôt que de questions déplacées, au CCAS, on table sur "la précision" :

    "

    Les questions sont explicites, oui. Elle sont précises.

    A 70 ans, on est des adultes consentants.

    "

     L'intégralité du questionnaire ci-dessous : 

Du rab sur le Lab

PlusPlus