L'anaphore du pas-encore-candidat-à-la-primaire-UMP Bruno Le Maire

Publié à 11h43, le 09 avril 2015 , Modifié à 11h46, le 09 avril 2015

L'anaphore du pas-encore-candidat-à-la-primaire-UMP Bruno Le Maire
Bruno Le Maire le 9 avril 2015 sur BFMTV. © images BFMTV

On connaissait l'anaphore du candidat à la présidence de la République François Hollande. Voici désormais l'anaphore du pas-encore-candidat-à-la-primaire-UMP Bruno Le Maire. Car celui qui avait brigué la tête du parti se tâte. Il n'est pas "encore prêt" à annoncer une éventuelle candidature pour 2017, explique-t-il ce 9 avril sur BFMTV. Mais il a déjà une jolie tirade.

Voici donc les "conditions" pour que Bruno Le Maire se lance :

 

Le jour où je sais que je pourrai dire à un gamin de 10 ans "si tu travailles, on aura changé ensemble le système scolaire, tu réussiras, tu auras une belle vie et le travail sera reconnu", là je dirai que je suis prêt.



Le jour où je pourrai dire à une femme seule qui se débat dans une vie difficile avec deux enfants, qui ne trouve pas d’emploi parce qu’elle n’a pas de qualification, je lui dis "voilà j’ai trouvé une solution pour vous madame", là je dirai que je suis prêt.



Le jour où je pourrai dire à un chef d’entreprise 'oui on va développer votre activité, si votre entreprise marche vous pourrez garder le fruit de votre travail ', là je dirai que je suis prêt.



Ce moment viendra peut-être, mais pas aujourd’hui.

Voilà, donc en attendant *tout ça*, Bruno Le Maire n'est officiellement pas en lice pour 2017. Mais lorsqu'il décrit les qualités d'un candidat parfait, on sent fort l'autoportrait :

 

Il faut être candidat parce qu’on veut apporter quelque chose de différent, parce qu’on veut porter des pratiques politiques différentes, parce qu’on a une conception de la politique différente des autres, parce qu’on croit en son pays, fondamentalement.

Pour rappel, le grand slogan de Bruno Le Maire est "le renouveau, c'est Bruno".

Du rab sur le Lab

PlusPlus