Le camp Bartolone s’empare d’un article vieux de trois ans pour attaquer Pécresse sur le mariage homosexuel

Publié à 12h05, le 09 novembre 2015 , Modifié à 13h01, le 09 novembre 2015

Le camp Bartolone s’empare d’un article vieux de trois ans pour attaquer Pécresse sur le mariage homosexuel

#OLD - Ainsi va la vie des Internets. Parfois, une archive, un article, ressuscite et connaît une seconde vie sur les réseaux sociaux, longtemps après sa publication. C’est ce qui est arrivé à l’un de nos papiers, publié en novembre… 2012 sur Valérie Pécresse et "le démariage" des couples homosexuels et qui a resurgi des limbes de la toile ce week-end. Un article dont se sont emparés les proches de Claude Bartolone, ce lundi 9 novembre, pour attaquer la candidate LR aux régionales en Ile-de-France, dans le cadre d’une campagne sous (haute) tension entre les deux camps.

Ainsi, Luc Carvounas, sénateur PS et directeur de campagne de Claude Bartolone, qui a mis en avant sa situation personnelle pour critiquer Valérie Pécresse :

François Kalfon, deuxième sur la liste PS départementale en Seine-et-Marne, a ainsi fait une série de tweets pour dénoncer cette position, ancienne, de Valérie Pécresse, et faisant comme si cette idée de "démarier" les couples homosexuels faisait partie de son programme pour les régionales :

Derrière ces critiques, il y a la volonté, de la part du camp Bartolone, de souligner que la candidate LR est "l’otage" de la Manif pour tous puisqu’elle accueille sur ses listes des membres de LMPT.

Dans l'entourage de Valérie Pécresse, on dénonce "la manipulation grossière des socialistes" qui font une "confusion" entre "novembre 2012 et novembre 2015". Qui ajoute :

 

"

La présentation de notre projet semble rendre très fébrile l'équipe Bartolone qui n'a que mensonges, désinformations et invectives en retour.

"

>> Qu’en est-il réellement ?

En novembre 2012, avant même que n’aient débuté les débats sur la loi Taubira, Valérie Pécresse envisageait bien de "démarier" les couples homosexuels déjà passés devant le maire. "On peut mettre en place un statut d’union civile et de transférer les droits sur un statut d’union civile", expliquait alors l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, contredite alors même par Christine Boutin.

Depuis, celle qui prétend à la présidence de la région Ile-de-France a évolué sur la question, ne proposant plus d’abroger la loi Taubira. "L’abrogation, elle, n’est pas humainement réaliste", corrigeait-elle en novembre 2014, expliquant :

"

Sur le mariage homosexuel, j’ai changé d’avis parce que tout simplement j’ai réfléchi.

"

Ce qui ne semble pas suffisant pour convaincre la gauche francilienne, toute contente d’avoir trouvé un nouvel angle d’attaque contre la candidate de la droite et du centre :

[Edit 13h] Ajout de la réaction de l'entourage de Valérie Pécresse.

Du rab sur le Lab

PlusPlus