Le drame des migrants évoque à Jean-Marie Le Guen la chanson "Là-bas" de Jean-Jacques Goldman

Publié à 10h00, le 30 juillet 2015 , Modifié à 12h38, le 30 juillet 2015

Le drame des migrants évoque à Jean-Marie Le Guen la chanson "Là-bas" de Jean-Jacques Goldman

MÉLOMANE - Morts en Méditerranée, migrants tentant de s’introduire dans le tunnel sous la Manche, un jeune migrant électrocuté gare du Nord à Paris… "On ne peut pas ne pas exprimer une émotion puissante devant ce qui se passe au plan humain", a réagi ce jeudi 30 juillet Jean-Marie Le Guen, invité de la matinale de BFM TV.

"On voit les souffrances humaines", a poursuivi le secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement pour qui cette "recherche de l’emploi" et d’une vie meilleure de la part des migrants lui évoque... le chanteur Jean-Jacques Goldman. Il dit :

"

C’est vraiment la recherche de l’emploi, un peu les chansons de Goldman qu’on a en tête quand on voit cela, c’est profondément émouvant.

"

Après enquête, le Lab est en mesure de vous dire que le "ministre des tensions avec le Parlement", comme le nomment ceux qui ne l’apprécient pas, avait ainsi en tête le titre Là-bas de "JJG", dont voici le clip :

Cette chanson, sortie en 1987 sur l’album Entre gris clair et gris foncé et interprétée en duo avec la chanteuse Sirima, raconte le besoin d’évasion d’un homme qui cherche une nouvelle vie ailleurs, loin de chez lui. Extraits des paroles :

"

Là-bas
Tout est neuf et tout est sauvage
Libre continent sans grillage
Ici, nos rêves sont étroits
C'est pour ça que j'irais là-bas

(…)

N'y va pas
Y'a des tempêtes et des naufrages
Le feu, les diables et les mirages
Je te sais si fragile parfois
Reste au creux de moi

(…)

Ici, tout est joué d'avance
Et l'on n'y peut rien changer
Tout dépend de ta naissance
Et moi je ne suis pas bien né

"

Juste avant d’évoquer cette chanson, Jean-Marie Le Guen avait voulu démontrer que nombre de migrants ne venaient pas en France pour bénéficier d’allocations, "contrairement à une certaine propagande", dit-il, mais pour transiter vers la Grande-Bretagne où, selon le secrétaire d’Etat du gouvernement Valls, il est plus facile de vivre quand on est un "illégal" :

 

"

On voit bien que ces gens ne viennent pas, contrairement à une certaine propagande, pour bénéficier des systèmes sociaux puisqu’ils veulent quitter la France pour aller en Grande-Bretagne.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus