Le patron de l'Union des Industries Chimiques veut "tuer les écolos", Cécile Duflot essaie de "rester zen"

Publié à 09h21, le 12 juillet 2013 , Modifié à 09h30, le 12 juillet 2013

Le patron de l'Union des Industries Chimiques veut "tuer les écolos", Cécile Duflot essaie de "rester zen"
(Maxppp)

Il le glisse comme une boutade, et cela se retrouve dans un article de Libération. Jean Pelin, directeur général de l’Union des industries chimiques se lâche sur les écologistes après un débat au ministère de l'Ecologie sur les gaz de schiste. A la question "faut-il tuer les écolos", il répond, hilare, "je pense que oui", raconte le quotidien. 

Il y eut d’abord la phrase adressée à sa voisine par le directeur général de l’Union des industries chimiques, Jean Pelin : «La question est: faut-il tuer les écologistes? » «Vous pensez, vraiment?», lui at-on alors lancé. Et lui, hilare : «Je pense que oui !»

Une petite blague du lobbyiste pro-gaz de schiste ? La petite phrase fait en tout cas réagir la ministre du Logement dès la veille au soir, sur Twitter, avec des hashtags #bienbienbien et #resterzen très évocateurs. 

"C'était sans doute une bonne blague de plus. Le ton était badin", répond la journaliste auteure de l'article. Pas de quoi rassurer Cécile Duflot, visiblement. 

Jeudi 11 juillet, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a dû recadrer son ministre Arnaud Montebourg sur cette question. Le ministre du Redressement productif avait tenu des propos en faveur de la création d'une compagnie publique pour exploiter de manière écologique le gaz de schiste.

Depuis la Roumanie, Jean-Marc Ayrault a averti, devant la presse, qu'il était "exclu d'exploiter des gaz de schiste en France", et que "cette position sera évidemment maintenue". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus