Le sénateur UMP Jean-Claude Carle cite Mao Tsé-toung sur sa carte de vœux 2014

Publié à 15h33, le 06 janvier 2014 , Modifié à 15h58, le 06 janvier 2014

Le sénateur UMP Jean-Claude Carle cite Mao Tsé-toung sur sa carte de vœux 2014

A CONTRE-COURANT – "Je n’ai aucune admiration pour Mao, pour sa façon d’agir, pour son œuvre politique. Le Petit livre rouge n’est pas mon livre de chevet." Hilare, le sénateur UMP Jean-Claude Carle, élu de la Haute-Savoie, démine la portée politique que pourrait avoir sa carte de vœux 2014.

Signalée sur Twitter par un militant UNI de Haute-Savoie, proche de la Droite populaire, qui parle de "malaise", la carte de vœux du sénateur montre une photo d’un sommet de montagne enneigé, accompagné d’une citation, signée, de Mao Tsé-toung, l’ancien dirigeant de la République populaire de Chine.

 

Montagnes !

Poignards dans le ciel bleu

Qui n’émousse pas la pointe.

Le ciel s’écroulerait

S’il ne reposait pas sur elles.

Contacté par le Lab, Jean-Claude Carle, vice-président du Sénat, trouve que "cette citation illustre bien la photo qui est sur ma carte de vœux". Et de concéder qu’il a eu un moment d’hésitation : fallait-il utiliser cette citation, ou tout du moins mentionner l’identité de l’auteur ?

J’aurais pu ne pas mentionner son auteur. Quand j’ai fait ma carte de vœux, je me suis posé la question de savoir s’il fallait mentionner Mao. J’en ai tiré la conclusion qu’il fallait mettre qui était l’auteur. Mais je me suis bien gardé de mettre une citation politique.

Pour lui, qui pour le moment n’a été interpellé que sur Twitter à ce sujet, il faut faire la distinction entre Mao, le dirigeant de la Chine communiste, et le poète. Et le sénateur de faire appel "au discernement" des gens :

Mais il y a une valeur importante en démocratie : le discernement.

Je fais le discernement entre l’action de Mao, que je condamne, et le fait qu’il ait écrit cette poésie.

Reconnaissant que sa carte "puisse interroger", Jean-Claude Carle, qui a déjà par le passé cité Charles de Gaulle, Victor Hugo ou Berty Albrecht sur ses cartes de vœux, se justifie, avec humour, par son désir de provoquer une réaction. Une forme de provocation :

Vous savez, une carte de vœux, c’est un outil de communication. Et le pire, c’est que cela laisse finalement les gens indifférents.

Pari gagné.

Du rab sur le Lab

PlusPlus