Le spectacle des questions au gouvernement du 15 octobre

Publié à 15h07, le 15 octobre 2013 , Modifié à 16h07, le 15 octobre 2013

Le spectacle des questions au gouvernement du 15 octobre
(Maxppp)

#QAG - Les députés se retrouvent ce mardi 15 octobre pour la séance de questions d'actualité au gouvernement, alors que le texte sur la réforme des retraites doit être voté dans la foulée et que le budget 2014 arrive à au Palais-Bourbon.

Résultat, Christian Jacob promet d'interroger vivement le gouvernement notamment sur les questions budgétaires

Le Lab vous propose ses morceaux choisis de cette séance du 15 octobre.

>> Bernard Cazeneuve répond à l'"assommoir fiscal" de François Fillon 

Interrogé par Jean-Christophe Lagarde sur la fiscalité, le ministre délégué au Budget  Bernard Cazeneuve en a profité pour répondre à François Fillon qui, sur TF1, avait estimé la veille que le gouvernement mettait en place un "assommoir fiscal". 

Réponse du délégué au Budget : François Fillon a été particulièrement doué dans le matraquage fiscal, assure-t-il : 

J'ai même entendu un Premier ministre, qui a été très orphèvre, très virtose, dans le maniement du matraquage fiscal se faire le comptenpteur de l'assommoir. 

Je veux rappeler à ce Premier ministre, et vous qui étiez dans sa majorité à l'époque, que oui en 2011 vous avez prélevez 20 milliards d'euros sur les Français et vous essayez aujourd'hui de le faire oublier. Je veux vous rappeler qu'en 2012 vous avez prélevé 13 miliards d'euros. Vous essayez par ces polémiques de le faire oublier.

>> Philippe Goujon provoque une ovation pour NKM

Alors qu'il s'apprête à poser une question au gouvernement sur les salles de shoot, Philippe Goujon, maire UMP du 15e arrondissement, provoque une ovation de la droite à Nathalie Kosciusko-Morizet. 

"J'associe les députés de Paris et Nathalie Kosciusko-Morizet ..." Voilà la petite phrase qui a déclenché les applaudissements de ses collègues pour la candidate UMP à la mairie de Paris, mais députée de Longjumeau, dans l'Essonne. 

Une ovation accompagnée de quelques railleries à gauche :

>> La députée Bulteau juge "insupportables les quolibets" de la droite envers Jean-Marc Ayrault

Jean-Marc Ayrault est dans le viseur de la droite. Et la députée socialiste Sylviane Bulteau s'indigne sur Twitter des "quolibets" reçu par le Premier ministre et accuse la droite de manquer de respect : 

Cela arrive après le procès en légitimité lancé par Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, à l'encontre du chef du gouvernement. 

Le patron des députés UMP s'est interrogé mardi sur la "légitimité" de Jean-Marc Ayrault au poste de Premier ministre, compte tenu de "l'échec total de la politique menée depuis 18 mois" et de son "impopularité".

>> Marc Le Fur porte aux #QAG le conflit breton 

La colère monte en Bretagne face à l'hécatombe dans l'agroalimentaire. Et Marc Le Fur, le député UMP, est venu à l'Assemblée porter la parole des salariés de l'agroalimentaire. 

Le gouvernement a décidé de convoquer mercredi à Matignon une réunion avec six ministres pour "traiter l'urgence" après plusieurs mois de plans sociaux dans le secteur.

Le député UMP a insisté sur les différents problèmes économiques de sa région, citant les industries d'armement, la filière agroalimentaire et Alcatel.

Vous aviez pu mesurer l'inquiétude des bretons. Cette inquiétude est transformée en angoise aujourd'hui. 

Avec une demande :

Levez l'écotaxe, levez cet impôt stupide qui pèse sur l'économie, sur l'agriculture.

C'est Guillaume Garot qui a répondu a Marc Le Fur, qui souhaitait une réponse de Jean-Marc Ayrault. Il a souligné la "caricature" de la droite sur cette question.

Sur Twitter, le député Christophe Castaner souligne que c'est la droite qui a décidé de l'écotaxe :

>> Marie-Arlette Carlotti présente 

Après sa défaite lors de la primaire socialiste à Marseille, Marie-Arlette Carlotti a retrouvé à temps plein son costume de ministre. Présente sur les bancs de l'Assemblée pour les questions au gouvernement, elle a bénéficié la veille de "toute la confiance" du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus