Les déclarations d'intérêts des ministres du gouvernement Ayrault ont été mises en ligne

Publié à 17h10, le 21 juin 2012 , Modifié à 19h22, le 21 juin 2012

Les déclarations d'intérêts des ministres du gouvernement Ayrault ont été mises en ligne
Les ministres du gouvernement Ayrault, après le premier conseil des ministres, le 17 mai 2012. (Maxppp)

TRANSPARENCE - Inscrite dans la charte déontologique signée par tous les ministres, le 17 mai 2012, leurs déclarations d'intérêts ont été publiées.  

Dans un article du Figaro, publié le 21 juin 2012, le quotidien pointe la discrétion des ministres sur les placements financiers.

  1. Prévenir les conflits d'intérêts

    Sur lefigaro.fr

    Les déclarations d'intérets des ministres, promise par la charte déontologique signée à l'issue du premier conseil des ministres, le 17 mai 2012, ont été mis en ligne.

    Accessibles via le site du gouvernement, les différentes déclarations ont été compilées par Regards Citoyens au format .CVS 

    Qu'y apprend-on ? Pas grand chose, d'après Rue89, dans un article mis en ligne le 14 juin 2012 :

    En apparence, pour les amateurs de scandales, c’est un gouvernement sans intérêt(s).

    Comparés à leurs prédécesseurs de droite, les nouveaux ministres sont peu nombreux à boursicoter ou à entretenir des liens avec le privé.

    Pas grand chose, c'est précisement ce que relève Le Figaro qui, de son côté, dans un article du 21 juin 2012, pointe la discrétion des ministres concernant leur placements financiers :

    La charte prévoit en réalité une marge de manœuvre pour les ministres qui ne souhaitent pas faire étalage de leurs placements, puisque les participations ne doivent être déclarées que si elles sont supérieures à 5.000 € ou représentent plus de 5 % de la structure.

    Les sicav et FCP peuvent être passés sous silence.

    Le Figaro rapporte ainsi, entre autres, qu'Alain Vidalies (Relations avec le Parlement) possède un PEA et une assurance-vie, Michèle Delaunay (Personnes âgées) un compte-titres au Crédit agricole, Pascal Canfin (Développement) des parts sociales dans la Scop d'un média, Alternatives économiques ou encore Pierre Moscovici (Economie) a investi dans un compte-titres des actions Air liquide, Total et Pernod Ricard. 

    Autre ligne boudée par les ministres permettant de déclarer les "autres intérêts, notamment familiaux, que le membre du gouvernement estime souhaitable de signaler".

    Une formulation peu coercitive, complétée par Marisol Touraine et Jérome Cahuzac, d'après Rue89.

    Datées de fin mai 2012, la date de mise en ligne précise de ces déclarations reste inconnue et semble avoir été faite sans annonce particulière.

    Alors que le 8 juin, dans Libération, le secrétaire général adjoint de l'UMP Marc-Philippe Daubresse s'étonnait de "la non-publication des déclarations d’intérêts des ministres du gouvernement de Jean-Marc Ayrault trois semaines après leur prise de fonction", Rue89 publie un article à ce sujet le 14 juin, pendant l'entre deux tours des législatives, signalant leur mise en ligne, sans préciser toutefois la date.

    Même chose dans l'article de Slate.fr, publié le même jour.

    La publication de déclarations d'intérets a été instaurée au printemps 2011, après l’affaire Woerth/Bettencourt.

    Les premières déclarations faites par les ministres du gouvernement Fillon avait été rendues publique le 21 avril 2011. Déclaration d'intérêts "a minima" selon lemonde.fr.

Du rab sur le Lab

PlusPlus