Les responsables politiques se renvoient la balle autour de l'imposition de Depardieu à 85%

Publié à 18h35, le 17 décembre 2012 , Modifié à 18h45, le 17 décembre 2012

Les responsables politiques se renvoient la balle autour de l'imposition de Depardieu à 85%
Claude Bartolone, Gérard Depardieu, Valéri Pécresse (montage captures d'écran et Maxppp)

Alors que la polémique entourant l'exil fiscal de Gérard Depardieu prend un tour plus politique, plus polémique aussi, les responsables politiques de tous bords se renvoient la balle.

Si l'acteur paie 85% d'impôts comme il l'affirme, à qui la faute?

Sur RTL lundi 17 décembre, Valérie Pécresse soutient que le montant des impôts payés par Depardieu en 2012 – sur ses revenus 2011 - sont le fait, non pas du gouvernement Fillon, mais bien du gouvernement Ayrault.

Jean-Michel Aphatie interrompt : "Mais les revenus 2011, c’était vous !"

Réponse de Valérie Pécresse:

"

Ecoutez, non, les lois fiscales 2012 ont été amendées par un projet de loi de finances rectificatif de juillet par le gouvernement Hollande et il a fait une surtaxe.

"

Affirmation inverse de la part de Claude Bartolone, qui ironise sur BFMTV:
 

"

Les impôts dont parle Gérard Depardieu, il les doit au précédent gouvernement et pourtant je l'ai vu assister au meeting de Nicolas Sarkozy.

"

Sur France Info, Harlem Désir, le premier secrétaire du PS a jugé "totalement faux" le taux de 85% d'impôts sur les revenus avancé par l'acteur pour 2012.

"

J'aimerais qu'il apporte la démonstration ce ce qu'il dit parce que ça, c'est tout simplement impossible.

"

Pourtant, l'année 2012 présente de nombreuses particularités en matière de fiscalité, qui peuvent changer la donne.

Selon le journal la Tribune, "consacrer 85% de ses revenus à payer ISF, impôt sur le revenu, et CSG est possible en 2012, avant même l'impôt à 75% voulu par François Hollande, qui entrera en vigueur en 2013."

En effet, le gouvernement Ayrault a institué dès 2012 un "rattrapage" de l'ISF, afin que celui-ci retrouve dès cette année son niveau d'avant la réforme de Nicolas Sarkozy, qui avait ramené en 2011 le taux d'imposition sur l'ISF de 1,8% à 0,5%.

S'ajoute à cela le vote par le collectif budgétaire de l'été, d'une "contribution exceptionnelle sur la fortune".

Celle-ci doit permettre d'augmenter les recettes de l'ISF dès 2012, et n'est absolument pas plafonnée."Une première depuis 25 ans", expliquent les Echos.

Voilà comment Gérard Depardieu pourrait exceptionnellement payer 85% d'impôts sur le revenu cette année.

La Tribune et les Echos s'accordent à dire que cette situation ne pourra pas se reproduire au delà de 2012, puisque ces mesures exceptionnelles seront levées dès 2013 pour laisser place à la règle des 75%, conformément au projet de loi de finances 2013, qui devrait être adopté prochainement.

Du rab sur le Lab

PlusPlus