LGV : Frédéric Cuvillier et Dominique Bussereau se cherchent sur Twitter

Publié à 17h35, le 25 août 2013 , Modifié à 17h45, le 25 août 2013

LGV : Frédéric Cuvillier et Dominique Bussereau se cherchent sur Twitter
Dominique Bussereau et Frédéric Cuvillier en 2006. (MaxPPP).

Échange de tweets courtois mais dépréciatifs entre ancien et actuel ministre des Transports. Dominique Bussereau, député UMP de Charente Maritime profite de l'université de La Rochelle pour interpeller le gouvernement, particulièrement Frédéric Cuvillier, le ministre des Transports, sur des dossiers locaux qu'il gère en tant que président du conseil général du gouvernement.

Parmi ces dossiers, le plus brûlant est celui de la construction de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Bordeaux-Espagne reportée par le gouvernement Ayrault. 

"Le gouvernement a rompu son engagement. J’ai donc demandé à l’assemblée départementale de surseoir aux paiements demandés par Réseau ferré de France pour la construction de la LGV Tours-Bordeaux tant que le gouvernement n’aura pas revu sa position", a annoncé mercredi l'ancien ministre des Transports, Dominique Bussereau à Sud Ouest.

Fin de non recevoir de Frédéric Cuvillier, également cité dans Sud Ouest ce dimanche : "Je pense que cette polémique, c’est surtout un effet de style, l’expression d’une volonté d’apparaître. Tout cela doit s’étudier. Autorisez-moi à ne pas engager des milliards, sans réflexion, de façon tonitruante."

C'est dans ce contexte que Dominique Bussereau a rédigé un tweet, en fin de matinée, ce dimanche :  "F Cuvillier, un homme sympathique mais qui arrête travaux,infrastructures et bloque les décisions Déclinisme ,chantage des Verts Affligeant".

Ce à quoi le ministre répond par un tweet commençant également par définir son adversaire politique comme un "homme sympathique mais..."

@Dbussereau, homme sympathique mais qui, se contentant de passer la commande, laisse à son successeur, le soin de payer la facture.

— Frédéric Cuvillier (@fcuvillier) August 25, 2013

"Bel humour ! Amitiés", conclut, toujours sur Twitter, Dominique Bussereau.

Du rab sur le Lab

PlusPlus