Loi Macron : quand la droite félicite le ministre… pour sa pratique du latin

Publié à 07h54, le 12 mai 2015 , Modifié à 07h54, le 12 mai 2015

Loi Macron : quand la droite félicite le ministre… pour sa pratique du latin
Emmanuel Macron. © LIONEL BONAVENTURE / AFP

TROLLING - Même s’il a dû employer l’arme absolue du 49-3 pour faire passer son texte à l’Assemblée nationale face à la menace des "frondeurs", Emmanuel Macron avait pourtant déjà séduit, autant à droite qu’à gauche, pour sa méthode.

Alors que "la loi Macron" doit être votée ce mardi 12 mai en scrutin solennel au Sénat, plusieurs parlementaires d’opposition ont félicité le ministre de l’Economie, qui avait mis en avant sa capacité d’ouverture en rappelant le nombre d’amendements adoptés par les députés sur son texte.

Lundi 11 mai au soir, alors que s’achevait la discussion publique de ce projet de loi pour la modernisation de l’économie, le président UMP de la commission des Affaires économiques du Sénat, Jean-Claude Lenoir, a ainsi félicité le ministre… pour sa pratique du latin. "Votre souci pédagogique, Monsieur le ministre, a été remarquable", a déclaré l’élu UMP à l'issue des. "Vous n'avez pas hésité à faire usage du latin : c'est assez rare pour être relevé, alors que l'enseignement du latin au collège est apparemment menacé...", a-t-il ajouté en référence à la polémique soulevée par l’UMP sur la réforme du collège.

Réponse de l’ancien énarque, en latin bien entendu :

"

In cauda venenum ! (le venin est dans la queue, qui vient de la description par les Romains du scorpion dont la queue est venimeuse, ndlr)

"

"Nous y voyons le signe d'une conviction partagée, en faveur de cette belle langue", a repris Jean-Claude Lenoir. Qui renchérit :

"

J'en terminerai par cette adresse de Cicéron à Catilina, qui vous invite à persévérer: Quae cum ita sint, Catilina, perge, quo coepisti...

"

En parallèle, Roger Karoutchi aussi s’est fendu d’un petit commentaire sympathique à l’égard d’Emmanuel Macron et de sa présence constante lors des longs débats :

Du rab sur le Lab

PlusPlus