Louis Nicollin rend hommage à Georges Frêche

Publié à 12h15, le 16 juillet 2012 , Modifié à 15h06, le 16 juillet 2012

Louis Nicollin rend hommage à Georges Frêche
Louis Nicollin et Georges Frêche, le 13 septembre 2010. (Maxppp)

HOMMAGE - Invité de France Culture ce lundi 16 juillet, Louis Nicollin, président du Montpellier Hérault Sport Club de football, a rendu hommage à Georges Frêche, ancien maire de Montpellier et président du conseil régional de Languedoc-Roussillon, décédé en 2010.

Connu pour son franc-parler, Louis Nicollin explique que Georges Frêche était "l'un des rares politiques qui n'était pas faux-cul."

  1. "Il en avait rien à foutre du PS, de Mitterrand et d'Aubry"

    Sur France Culture

    Il disait ce qu'il pensait et au moins il nous régalait.

    Qu'est-ce qu'il en avait à branler du Parti socialiste, il en avait rien à foutre. Il n'aimait pas Mitterrand... Aubry aussi.

    Connu pour son langage qui évite soigneusement la langue de bois, Louis Nicollin, président du Montpellier Hérault Sport Club de football, était l'invité de France Culture ce lundi 16 juillet.

    Le président du groupe Nicollin est revenu longuement sur le titre de champion de France de Ligue 1 avec Montpellier, mais a aussi tenu à rendre hommage à Georges Frêche, ancien maire de Montpellier et président du conseil régional de Languedoc-Roussillon, décédé en 2010.

    Si Nicollin le dit lui-même qu'il n'a "peu de culture avec un bac obtenu après trois tentatives", le président du MHSC a cependant beaucoup appris aux côtés de Georges Frêche.

    La ville de Montpellier ne se relèvera jamais de sa perte.

    Sport et culture, il en a fait une ville imbattable.

    Louis Nicollin souligne encore que l'ancien président du conseil régional de Languedoc-Roussillon était l'un des rares politiques à jouer franc-jeu :

    Georges Frêche était l'un des rares politiques qui n'était pas faux-cul.

    Tous les autres se lèchent le cul pour être élus.

Du rab sur le Lab

PlusPlus