Luc Carvounas s'oppose à une rémunération pour le Premier secrétaire du PS (et donc à une candidature de Najat Vallaud-Belkacem)

Publié à 16h11, le 24 novembre 2017 , Modifié à 16h14, le 24 novembre 2017

Luc Carvounas s'oppose à une rémunération pour le Premier secrétaire du PS (et donc à une candidature de Najat Vallaud-Belkacem)
Luc Carvounas et Najat Vallaud-Belkacem © Montage le Lab via AFP

TOUCHE PAS AU GRISBI - C'est l'un des éléments que soupèserait actuellement Najat Vallaud-Belkacem dans son intense réflexion autour d'une éventuelle candidature pour prendre la tête du Parti socialiste : que le Premier secrétaire ne soit non plus bénévole mais rémunéré. Il faut dire que depuis la fin du quinquennat Hollande et sa défaite aux législatives, "NVB" est sans occupation - elle songe même à monter sa boîte. Mais certains de ses concurrents potentiels, qui ont pour leur part un mandat électif et n'ont pas cette préoccupation financière, s'opposent évidemment à cette idée, et par la même occasion à une candidature de l'ancienne ministre de l'Éducation nationale.

Il en va ainsi de Luc Carvounas. Ancien porte-flingue de Manuel Valls, le député Nouvelle Gauche du Val-de-Marne ne l'annonce pas encore officiellement mais ambitionne lui aussi de succéder à Jean-Christophe Cambadélis au poste de Premier secrétaire du PS, à l'occasion du congrès de mars 2018. Et dans Libération jeudi 23 novembre, il prend position :

Le Premier secrétaire ne doit pas être rémunéré.

 

Il ajoute même, dressant un profil type qui ressemble *étrangement* au sien (mais aussi à celui de Stéphane Le Foll, également dans la partie) : "Selon moi, le prochain chef du parti doit avoir un mandat et de préférence à l’Assemblée nationale." Voilà qui exclurait donc mécaniquement Najat Vallaud-Belkacem de l'équation.

"Est-ce qu’on peut penser que le parti verse un salaire à son Premier secrétaire s’il en fait son activité principale ?", s'interroge d'ailleurs à haute voix François Pirola, conseiller de l'ex-numéro 3 du gouvernement, dans Libé. Ce qui confirme les informations du Figaro, selon lesquelles "NVB" aurait posé deux conditions à une éventuelle candidature :

Celle d’obtenir la tête de liste lors des prochaines élections européennes, et que le poste de Premier secrétaire soit rémunéré et non plus bénévole.

 

Il existe toutefois un autre obstacle de taille à cette idée d'une rémunération pour le ou la futur(e) chef(fe) du PS : exsangue financièrement, le parti en est au point de devoir vendre son siège historique de la rue de Solférino et de mener un vaste plan social. Ce qui l'empêche théoriquement d'embaucher quiconque ces prochains mois...



À LIRE SUR LE LAB :

Najat Vallaud-Belkacem prête à être candidate à la tête du PS si le poste est rémunéré (et qu’elle est tête de liste aux européennes)

Que devient-elle ? Najat Vallaud-Belkacem apprend à conduire et va lancer une maison d’édition

Du rab sur le Lab

PlusPlus