Non, Solférino, le siège du PS, ne sera pas transformé en logements sociaux

Publié à 10h19, le 18 octobre 2017 , Modifié à 10h19, le 18 octobre 2017

Non, Solférino, le siège du PS, ne sera pas transformé en logements sociaux
Ce qui est toujours le siège du Parti socialiste, au 10 rue de Solférino, dans le 7e arrondissement de Paris. © JACQUES DEMARTHON / AFP

Si vous êtes intéressés pour récupérer le siège du Parti socialiste, rue de Solférino, vous avez jusqu’au 6 novembre à 18 heures pour déposer votre dossier de candidature. C’est la deadline annoncée ce mercredi 18 octobre dans l’appel à candidature en vue de la vente du siège du PS paru dans Les Echos.

Si le PS veut rapidement vendre son siège pour amortir l’impact financier de ses dernières débâcles électorales, le parti ne veut pas le vendre à n’importe qui. Et surtout pas au FN.

Mais le siège acquis par le parti à la rose à l’époque de François Mitterrand ne sera pas non plus transformé en logements sociaux. La mairie de Paris s’y est opposée. "Ce n’est pas prévu", a ainsi confié Anne Hidalgo, la maire PS de la capitale, à des journalistes, comme le rapporte ce mercredi Le Figaro.

Au quotidien, Ian Brossat, adjoint communiste à la mairie de Paris en charge du logement, confirme que "Solfé" - son petit nom pour les intimes – ne deviendra pas un immeuble d’HLM :

Le prix est difficilement compatible avec du logement social.

Car le PS espère récupérer 50 millions d’euros dans la transaction de cet immeuble de plus de 3.000 m². "Nous avons imposé une clause d’exception", confirme le trésorier du parti, Jean-François Debat. Une clause qui fait bien rire "un vieux briscard" qui sourit, toujours dans les colonnes du Figaro, alors que le PS a impérativement besoin de liquidités rapidement (notamment pour financer son imposant plan social) :

Ah ! Ce n’est rien du tout ça. Il faudra bien le vendre au plus offrant, vous verrez…

[BONUS TRACK] Pas trop loin de l’Elysée

Le PS cherche donc un nouveau siège. Certains militent pour que le parti se déplace vers un quartier plus populaire que le chic 7e arrondissement de Paris où se situe Solférino. Pour Eduardo Rihan-Cypel, ex-député PS battu aux législatives de juin, ok pour déménager, mais pas trop loin de l’Elysée quand même :

 

Si on déménage des lieux du pouvoir, c’est que nous n’avons plus vocation à gouverner. S’implanter dans un quartier populaire, d’accord, mais alors à quelques stations de métro de l’Elysée.

Du rab sur le Lab

PlusPlus