Manuel Valls considère que les propositions de Dominique Strauss-Kahn sur la Grèce sont "hors délai"

Publié à 12h13, le 28 juin 2015 , Modifié à 12h35, le 28 juin 2015

Manuel Valls considère que les propositions de Dominique Strauss-Kahn sur la Grèce sont "hors délai"
Montage le Lab via AFP

OLD - Jack est de retour. Enfin, Dominique Strauss-Kahn pardon. Après une entrée fracassante sur Twitter, l'ancien directeur du FMI a publié un texte le 27 juin préconisant des mesures sur la situation de la Grèce, proche d'un départ de la zone euro.

Intitulé "Apprendre de ses erreurs", l'ancien ministre français suggère que "la Grèce ne reçoive plus aucun financement nouveau de la part de l'Union européenne comme du FMI" avant d'expliquer qu'elle doit bénéficier d'une "très large extension de la maturité et même d'une réduction nominale massive de sa dette à l'égard des institutions publiques". 

Des propositions qui, visiblement, n'ont pas enthousiasmé Manuel Valls. Invité du Grand Rendez-Vous Europe 1/ iTélé/ Le Monde, le Premier ministre a considéré ces propositions hors-délai. Interrogé sur celles-ci, il répond :

"

Il y a des propositions intéressantes formulées par les uns et par les autres et, notamment par Dominique Strauss-Kahn, mais j'ai l'impression que ce n'est plus le sujet. Nous sommes dans un autre moment. Nous sommes hors délai.

"

Traduction : oui, les propositions de l'ancien directeur du FMI peuvent être pertinentes, mais elles arrivent *un peu* tard puisque Alexis Tsipras, le Premier ministre grec, a annoncé un référendum sur le sujet le 5 juillet. 

Une critique qui ne devrait pas faire réellement plaisir à Julien Dray qui avait reproché à certains les attaques qu’ils avaient pu faire contre l'ancien directeur du FMI.

Du rab sur le Lab

PlusPlus