Marine Le Pen estime que le vote UMP n'est pas un vote d'adhésion mais de sanction

Publié à 09h52, le 30 mars 2015 , Modifié à 10h00, le 30 mars 2015

Marine Le Pen estime que le vote UMP n'est pas un vote d'adhésion mais de sanction
Marine Le Pen © Captures d'écran iTÉLÉ

RETOUR DE FLAMME - Au moment de faire les comptes, le bilan n'est pas bien lourd pour le Front national. Invitée d'iTÉLÉ ce lundi 30 mars, Marine Le Pen a pourtant refusé de s'avouer déçue, expliquant que de toute façon, elle n'envisageait pas de gagner un seul département. Mieux, elle a trouvé le moyen pour amenuiser le succès de son ennemi UMP.

Cela s'est fait en deux étapes.

D'abord, la présidente du FN a réutilisé un argument d'habitude employé par les adversaires de son parti : dire que le vote UMP est un vote sanction. Elle a ajouté :

Je ne crois pas du tout qu'il [l'UMP] bénéficie d'un vote d'adhésion. Il bénéficie d'un vote sanction du Parti socialiste.

 

Alors que beaucoup d'adversaires du FN prétendent que les électeurs frontistes n'adhèrent pas aux idées du parti mais entendent juste, par leur bulletin, sanctionner le pouvoir en place, voilà que Marine Le Pen reprend cet argument à son compte contre l'UMP.

Et puis Marine Le Pen a aussi fait comme Marion Maréchal-Le Pen la veille : en dénonçant le mode de scrutin des départementales. "Ça ne vous pose pas un problème démocratique ?", s'est interrogée Marine Le Pen en évoquant par exemple le score du FN dans le Pas-de-Calais, 42%, traduit en terme physique par "6 cantons sur 39". La présidente du FN :

À un moment donné, le mode de scrutin empêche 25% des Français de pouvoir avoir la représentation légitime à laquelle ils ont droit. On ne le découvre pas à l'instant mais la fracture ne fait que s'élargir entre la classe politique et le peuple.

 

Ce qui lui permet d'envisager toujours sereinement la présidentielle de 2017. "Ça n'a rien à voir. Vous imaginez bien que le baron local de l'UMP appelant à voter pour le Parti socialiste, ce n'est pas du tout la même chose que Nicolas Sarkozy appelant à voter François Hollande", a-t-elle imaginé.

Mais qu'à cela ne tienne : la présidente du FN jure que cela va se passer différemment lors des prochaines élections. "Dans une élection qui aura un mode de scrutin différent, et on va y arriver vite, ce sont les régionales, tout à fait évidemment, les résultats seront bien différents de cela", a-t-elle expliqué. Elle imagine déjà que le FN peut remporter 4 ou 5 régions

Du rab sur le Lab

PlusPlus