Marion Maréchal-Le Pen entretient toujours le doute sur sa candidature aux législatives 2017

Publié à 09h41, le 07 avril 2017 , Modifié à 09h41, le 07 avril 2017

Marion Maréchal-Le Pen entretient toujours le doute sur sa candidature aux législatives 2017
Marion Maréchal-Le Pen © Capture d'écran franceinfo:

Marion Maréchal-Le Pen laisse planer le doute. Sera-t-elle candidate aux législatives en juin ? L'actuelle députée FN du Vaucluse refuse de répondre clairement à cette simple question, signe que l'élue frontiste hésite – ou du moins qu'elle tient bien à faire passer le message qu'elle s'interroge.

Invitée de franceinfo: ce vendredi 7 avril, Marion Maréchal-Le Pen répète qu'elle n'a pas l'intention de "faire de la politique toute [sa] vie". "Ce n'est pas une nouveauté, ce qui ne m'empêche pas pour le moment, évidemment, d'être à fond derrière cette campagne présidentielle, de me donner autant que je peux", précise l'élue de PACA, tout en entretenant le flou. Elle ajoute :

 

"

J'ai l'intention, à terme, de ne pas continuer la politique. Maintenant, à moi de choisir le moment le plus opportun sans évidemment nuire d'une quelconque manière au combat qui est le nôtre. Parce que j'imagine bien que même si les raisons sont les plus personnelles du monde, on voudra analyser immédiatement la volonté de marquer ma différence avec Marine [Le Pen] parce que je ne serais pas contente de telle ou telle déclaration. C'est faux. Aujourd'hui, le mouvement et Marine Le Pen sont les seuls qui peuvent nous sortir de la difficulté dans laquelle nous sommes.

"

On notera donc que Marion Maréchal-Le Pen souhaite attendre "le moment le plus opportun" pour annoncer son retrait de la vie politique. D'ici-là, l'élue FN est bien décidée à rester obscure. "J'ai annoncé il y a deux jours que je serai candidate à ces législatives", dit-elle, ce qui semble clair. Mais elle nuance d'emblée. "Je ne m'engage qu'auprès de mes électeurs et de mes militants", répond Marion Maréchal-Le Pen quand on lui demande si elle peut s'engager à être effectivement candidate lors des prochaines législatives. "Je n'ai pas d'hésitations. Je dis juste que ce n'est pas l'heure d'en parler. Mon cas importe peu dans cette histoire", conclut-elle.

[BONUS TRACK] Pyjama

Cela restera comme LA séquence du débat présidentiel organisé mardi 4 avril : Philippe Poutou s'en prenant directement à Marine Le Pen, l'accusant de "piquer dans les caisses publiques" de l'Europe et expliquant que lorsque lui est convoqué par les policiers, il est obligé de se rendre à  la convocation car il n'a pas d'"immunité ouvrière".

Marion Maréchal-Le Pen n'a semble-t-il pas été impressionnée. Sur franceinfo:, elle décide d'attaquer Philippe Poutou, particulièrement sur son choix vestimentaire qui a profondément choqué certains commentateurs. Elle dit :

 

"

Je sais que tout le monde s'est pâmé et extasié devant la déclaration de monsieur Poutou mais enfin c'est un peu facile de jeter l'opprobre et d'insulter sans apporter strictement aucune preuve. Je sais qu'il y a eu un enthousiasme généralisé parce qu'il est venu en pyjama et qu'il ne s'était pas rasé.

"

"En pyjama"…

Bon, soyons clairs, Philippe Poutou n'a pas participé au débat vêtu d'un pyjama, ni même d'un peignoir ou d'une robe de nuit, quand bien même ce genre de vêtement serait très agréable à porter. Il était simplement vêtu d'un t-shirt à manches longues. "Ce t-shirt, je le mets tout le temps. Suggérer que j'étais mal habillé, ça relève du mépris social", avait dénoncé le candidat du NPA à la présidentielle dans Le Parisien jeudi 6 avril. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus