Marion Maréchal-Le Pen et Najat Vallaud-Belkacem s'affrontent par vidéos interposées

Publié à 12h30, le 22 juillet 2016 , Modifié à 12h57, le 22 juillet 2016

Marion Maréchal-Le Pen et Najat Vallaud-Belkacem s'affrontent par vidéos interposées
Marion Maréchal-Le Pen et Najat Vallaud-Belkacem © DR

BOSS vs. IV MY PEOPLE Deux vidéos. Deux responsables politiques. Deux femmes. Deux décors. Deux histoires. Deux visions.

Najat Vallaud-Belkacem a répondu, jeudi 21 juillet à Marion Maréchal-Le Pen qui, samedi 16 juillet, peu après l'attentat de Nice, avait publié une vidéo sur Facebook dans laquelle elle évoquait l'attaque terroriste au cours de laquelle 84 personnes ont été tuées. "Si nous ne tuons pas l'islamisme, c'est lui qui nous tuera", lance la députée FN du Vaucluse avant de dérouler sa pensée manichéenne :  

Lorsqu'un ennemi nous déclare la guerre, il n'y a pas de neutralité possible. Soit vous êtes avec nous contre l'islamisme, soit vous êtes contre nous avec l'islamisme. Ceux qui choisissent le statu quo, l'immobilisme ou le silence deviennent de fait les complices de nos ennemis.

 

Marion Maréchal-Le Pen cible en premier les terroristes, "étrangers comme à Nice, le plus souvent 'Français de papier', enfants du laxisme pénal, enfants du regroupement familial et du droit du sol, enfants de la haine de soi que les élites ont distillé depuis des décennies dans nos esprits". Viennent ensuite les clandestins, parmi lesquels dit-elle des terroristes se cachent, et enfin ceux qui mènent une politique d'immigration "complètement folle" et "font l'apologie d'une société multiculturelle".

Elle ajoute :

Je dis que les Français ont assez accepté et que dorénavant, les conditions d'acquisition de la nationalité, doivent être intégralement revues pour éviter la fabrication de Français de papier, en supprimant le regroupement familial et évidemment le droit du sol. L'immigration doit également être stoppée de toute urgence.

 

Cette vidéo a été vue plus de 4 millions de fois sur Facebook. Cela ne signifie pas que 4 millions de personnes valident les propos de l'élue FN mais la diffusion est suffisamment importante pour que la ministre de l'Éducation s'y intéresse et y réponde. Et par le même biais.

Jeudi 21 juillet, c'est donc au tour de Najat Vallaud-Belkacem de s'exprimer sur l'attentat de Nice et la guerre contre le terrorisme. Le cadre est semblable. Le drapeau de l'Union européenne a juste remplacé celui de Nice. Elle délivre un message général sur la lutte contre Daech tout en ciblant les propos de la députée FN.

L'élue PS est également manichéenne. "L'histoire nous a légué cette leçon forte : dans l'épreuve, il y a les partisans de la démission, ceux qui cèdent à la tentation de l'abandon de nos valeurs, ceux qui renoncent à ce génie français capable par la laïcité de rassembler des individus différents dans une destinée commune et puis il y a ceux qui s'engagent concrètement, pour une République forte, unie, solidaire, ceux qui préfèrent réunir que de diviser", lance-t-elle.

Pour l'une des toutes premières fois, Najat Vallaud-Belkacem parle de sa propre histoire, elle, la petite fille du Rif arrivée en France à l'âge de 4 ans dans le cadre d'un regroupement familial. Elle dit :

Oui, je suis une enfant de l'immigration, je suis une enfant du regroupement familial mais non, je ne suis pas une Française de papier. Ministre de la République qui m'exprime depuis le bureau de Jean Zay, je suis une Française à l'égale de toutes et de tous et je ne suis pas une exception.

 

Appelant à ne pas se laisser guider par "la colère et la rancœur", Najat Vallaud-Belkacem dénonce les "manipulations", accusant à demi-mot le FN de faire le jeu de Daech. "Ce que Daech recherche, certains veulent le lui offrir. Ça s'appelle la discorde, la division, l'opposition entre citoyens et ça s'entretient par des approximations, des manipulations, des mensonges.", dit-elle. Avant de préciser l'action du gouvernement et notamment le fait que 16 attentats ont été déjoués depuis 2012, elle dit :  

Le mensonge est toujours une faute grave. Dans le contexte actuel, c'est une trahison. C'est ajouter à la guerre que nous menons le poison insidieux de la division qui nous fragilise au lieu de nous renforcer.

 

Pour l'heure, la vidéo de Najat Vallaud-Belkacem a été vue 94.000 fois sur Facebook.

Du seul point de vue de l'audience, Marion Marchal-Le Pen, avec cinq jours d'avance tout de même, gagne pour le moment le match haut la main.

 

> La vidéo de Marion Maréchal-Le Pen

> La vidé de Najat Vallaud-Belkacem

Du rab sur le Lab

PlusPlus