Mélenchon livre sur un plateau une interview italienne de Zemmour évoquant la déportation des musulmans français

Publié à 17h13, le 15 décembre 2014 , Modifié à 10h50, le 17 décembre 2014

Mélenchon livre sur un plateau une interview italienne de Zemmour évoquant la déportation des musulmans français
© Montage via Maxppp et Reuters

SERVEZ-VOUS - Jean-Luc Mélenchon trouve "curieux" que les médias fassent preuve d'une "étrange cécité" à propos d'Eric Zemmour et d'une interview livrée à une journal italien, le Corriere della Sera. Du coup, il la livre sur son blog ce 15 décembre, traduction fournie. "Le travail est fait, il n'y a plus qu'à se servir", se plait-il à ajouter, entre défi lancé aux journalistes et critique d'un système médiatique qui ne ferait que reprendre des informations clés en main.

Le leader du Parti de gauche - qui a débattu le 12 décembre sur RTL avec Eric Zemmour - estime que la "vigilance médiatique se relâche" dès lors qu'on en vient aux "délires d'un confrère". Il consacre donc un paragraphe de son billet de blog à ses propos. L'auteur du Suicide français est en effet revenu fin octobre dans un entretien italien sur sa théorie du remplacement des "musulmans par les Français" dans certains quartiers et a répondu à cette question du journaliste : "suggérez-vous de déporter 5 millions de musulmans français ?"

La réponse d'Eric Zemmour livrée sur un plateau par Jean-Luc Mélenchon est pour le moins ambiguë. S'il concède qu'une telle déportation est "irréaliste", il s'empresse de préciser que "l'Histoire est étonnante" et cite deux exemples de mouvements extrêmement importants de population. Pour montrer qu'ils ne sont pas si irréalistes que cela. Voici l'échange en français traduit par les soins de Jean-Luc Mélenchon :

- Eric Zemmour : Les musulmans ont leur code civil, c'est le Coran. Ils vivent entre eux, dans les périphéries. Les Français ont été obligés de s'en aller.



- Journaliste : Mais alors que suggérez-vous de faire ? Déporter 5 millions de musulmans français ?



- Eric Zemmour : Je sais, c'est irréaliste mais l'Histoire est surprenante. Qui aurait dit en 1940 que un million de pieds-noirs, vingt ans plus tard, seraient partis d'Algérie pour revenir en France ? Ou bien  qu'après la guerre, 5 ou 6 millions d'Allemands auraient abandonné l'Europe centrale et orientale où ils vivaient depuis des siècles ?



- Journaliste : Ça provoque des tragédies immenses.



- Eric Zemmour : Je pense que nous nous dirigeons vers le chaos. Cette situation d’un peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile. Des millions de personnes ne vivent, en France, et ne veulent vivre, à la française.

Jean-Luc Mélenchon titre alors ce paragraphe :

Zemmour pense que les musulmans français peuvent être déportés.

A noter également dans cette interview italienne: Eric Zemmour explique pourquoi il n'a pas l'intention de devenir "l'idéologue du Front national". Le parti de Marine Le Pen est "trop à gauche d'un point de vue social" pour le polémiste, qui n'a pas non plus apprécié que le FN ne "se batte pas contre le mariage des homosexuels". Zemmour, plus à droite que le FN.



[Edit 17 décembre]

Le journaliste auteur de l'interview d'Eric Zemmour a apporté une précision sur le déroulé de l'entretien. Ce n'est pas le mot "déportation" qui a été prononcé durant l'entrevue mais une formule équivalente. Le journaliste l'a utilisé lors de la rédaction de l'article pour résumer son propos. Voici ses explications livrées notamment au Figaro Vox :

Au terme d'une conversation sur "Le Suicide français", les échecs de l'assimilation et du modèle multiculturel, je lui ai posé la question suivante : "Mais vous ne pensez pas que ce soit irréaliste de penser qu'on prend des millions de personnes, on les met dans des avions… "; il ajoute : "ou dans des bateaux", et je reprends : "pour les chasser ?"



Ce que j'ai résumé dans la formule qui fait scandale.

Eric Zemmour répondait donc à la possibilité de "chasser des millions de personnes" en les mettant dans des avions. "Ou des bateaux", a-t-il lui même complété.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

>> Jean-Luc Mélenchon décrypte ses énervements très contrôlés dans les médias

Du rab sur le Lab

PlusPlus