Michel Sapin regrette ses propos, "déformés", sur la "naïveté" belge face "au communautarisme"

Publié à 10h07, le 25 mars 2016 , Modifié à 10h11, le 25 mars 2016

Michel Sapin regrette ses propos, "déformés", sur la "naïveté" belge face "au communautarisme"

Ses propos ne sont pas passés. Au point d’être vivement critiqué et même recadré par Manuel Valls qui a estimé que lui n’avait "pas de leçons à donner" aux Belges. Après sa sortie sur la "naïveté" de la Belgique vis-à-vis du "communautarisme", Michel Sapin doit donc faire un petit mea culpa.

Invité de BFM TV ce vendredi 25 mars, le ministre français des Finances a exprimé ses "regrets" sur ces propos sur la "naïveté" belge. Mais surtout "parce qu’ils ont été déformés". "Mais ça, ça arrive dans le monde médiatique d’aujourd’hui", accuse-t-il avant de développer :

"

Je n’ai évidemment jamais parlé de la naïveté belge parce que ce serait faire une sorte de confusion de tout le monde qui est toujours dommageable. J'ai décrit des phénomènes de communautarisme qui ne concernent pas toute la Belgique. Dans le contexte d'aujourd’hui, la seule chose qui compte, c’est la solidarité. Que ces propos aient été vécus comme un manque de solidarité me fait mal à moi-même, parce que mon allocution, j’ai d’abord et avant tout commencé avec un message de solidarité à l'égard du peuple belge.

"

Défendu par des membres de l’opposition de droite, notamment par Claude Guéant et Éric Ciotti, Michel Sapin avait créé la polémique mardi 22 mars, alors que la Belgique était frappé par des attentats revendiqués par l’Etat islamique.

Ce proche de François Hollande avait alors estimé que "certains responsables politiques" du "plat pays" avaient fait preuve d'une "forme de naïveté" face au développement du "communautarisme" dans certaines parties de son territoire, comme à Molenbeek. Sur LCI, il déclarait ainsi :

"

Je ne sais pas s’il faut dire la Belgique en tant que telle, mais je pense qu’il y a eu une volonté ou une absence de volonté de la part de certains responsables politiques, peut-être par envie de bien faire, peut-être par sentiment que, pour permettre une meilleure intégration, il faut laisser des communautés se développer, peut-être aussi une forme de naïveté.

"

 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Sapin vivement critiqué pour ses propos sur la "naïveté" de la Belgique vis-à-vis du "communautarisme" 

> Contrairement à Michel Sapin, Manuel Valls ne veut "pas donner de leçons" aux Belges 

> Guéant et Ciotti défendent Sapin, attaqué après ses propos sur la "naïveté" de la Belgique 

Du rab sur le Lab

PlusPlus