Militant accusé d'avoir fait l'apologie de la déportation des homosexuels : l'UMP engage une procédure d'exclusion

Publié à 08h40, le 06 août 2013 , Modifié à 12h43, le 06 août 2013

Militant accusé d'avoir fait l'apologie de la déportation des homosexuels : l'UMP engage une procédure d'exclusion
Capture d'écran du tweet de Stéphane Journot

La fédération UMP de Paris annonce ce 6 août via son compte Twitter qu'une "procédure d'exclusion a été engagée" par le parti contre son militant Stéphane Journot.

La veille, le jeune homme a commenté une action coup de poing d'Act Up en évoquant le triangle rose, symbole porté de façon symbolique par les membres de l'association mais également utilisé par les nazis pour marquer les homosexuels.

Voici une capture d'écran du tweet, désormais effacé. On peut y lire : "Ce qui est cool avec Act Up, c'est qu'ils portent déjà le triangle rose. Ca va faciliter les choses ..."

Un propos aussitôt qualifié "d'apologie de la déportation des homosexuels" par Nicolas Gougain, porte-parole de l'inter-LGBT.

Stéphane Journot est un militant anti-mariage très actif, soutien de Laurent Wauquiez ou encore de Jean-François Legaret lors de la campagne pour les primaires parisiennes. Il a par exemple participé à la création d'un des sites pro-Legaret. L'ex-candidat a pris toutes ses distances avec ce militant, comme Le Lab le racontait ici.

Suite aux réactions suscitées par son message, Stéphane Journot a publié un droit de réponse dans lequel il assure avoir voulu "faire de l'humour". Dans un second temps, il a présenté ses excuses.

[Edit 12h30] Joint par Le Nouvel Observateur, Stéphane Journot dit ne pas encore avoir été contacté par l'UMP, tout en précisant qu'il n'a de toutes façons pas encore renouvelé son adhésion en 2013, comme une grande partie des militants. Cette interdiction de poursuivre son engagement dans le parti lui semble "exagérée".

Du rab sur le Lab

PlusPlus