Militant agressé : Manuel Valls dénonce lui-aussi une violence "qui porte la marque de l'extrême-droite"

Publié à 07h36, le 06 juin 2013 , Modifié à 07h40, le 06 juin 2013

Militant agressé : Manuel Valls dénonce lui-aussi une violence "qui porte la marque de l'extrême-droite"

Le 5 juin au soir, le Parti de gauche a dénoncé l'agression mortelle à Paris d'un jeune militant de gauche par des militants d'un groupuscule qualifié de "fasciste" par le parti. Ce jeudi matin, Manuel Valls confirme la piste d'une agression à "d'ordre politique" par des "skinheads" et parle d'une :

"

violence qui porte la marque de l'extrême droite.

"

Le Parti de gauche accuse  les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), groupuscule d'extrême droite, tendance nationaliste-révolutionnaire, d'avoir provoqué la mort cérébrale de Clément Méric, étudiant à Science-Po, militant d'extrême gauche "connu pour son engagement contre l'extrême droite".

Le parti a également exigé immédiatement la dissolution de ce type de groupuscules. Dans son communiqué, Manuel Valls indique simplement sa "totale détermination à éradiquer cette violence".

Du rab sur le Lab

PlusPlus