Mise sous tutelle de Saint-Denis : les socialistes dénoncent "les comportements de vautours" de Marion Maréchal-Le Pen et Wallerand de Saint Just

Publié à 12h47, le 19 novembre 2015 , Modifié à 12h47, le 19 novembre 2015

Mise sous tutelle de Saint-Denis : les socialistes dénoncent "les comportements de vautours" de Marion Maréchal-Le Pen et Wallerand de Saint Just
© AFP

TRUMP STYLE - Après l’impressionnante opération des forces de sécurité contre des terroristes présumés à Saint-Denis, mercredi 18 novembre, le Front national, qui a repris sa campagne pour les élections régionales en Ile-de-France, a publié un communiqué via son site Ile-de-France Bleu marine. L’objet : demander la mise sous tutelle de la commune du 9-3 par l’Etat.

"Nous savions que les caves de nos cités abritaient des criminels et des armes de guerre. Les dionysiens ont la preuve aujourd’hui que les foyers terroristes vivent en plein cœur de la ville", écrivent Wallerand de Saint Just, tête de liste FN en Ile-de-France et Jordan Bardella, sa tête de liste départementale dans le 93 à propos de l’intervention du RAID contre des djihadistes qui avaient temporairement élus domicile dans un appartement du centre-ville.

Ils ajoutent :

"

Dans l’intérêt de nos compatriotes, compte tenu du caractère gravissime des événements de ce matin et de la débâcle de ces responsables locaux, Wallerand de Saint Just et Jordan Bardella demandent la mise sous tutelle immédiate de la ville de Saint-Denis par l’Etat afin de tout mettre en œuvre dans le but de procéder au désarmement général et à la sécurisation définitive de cette commune.

"

Parallèlement, Marion Maréchal-le Pen s’est fendue d’un tweet au sujet de Saint-Denis :

Contacté par le Lab, le député PS de Seine-Saint-Denis Mathieu Hanotin dénonce ces réactions et cette demande de mise sous tutelle par l’Etat. Il n’y voit qu’un "comportement de vautours" à visée électoraliste. Et de comparer les frontistes à… Donald Trump :

"

Wallerand de Saint Just et Marion Maréchal-Le Pen ont eu des comportements, comme Donald Trump, de vautours en essayant d’exploiter les peurs à des fins électoralistes. Cela n’a pas de sens, il n’y a pas de filière djihadiste qui a été démantelée à Saint-Denis. Ces gens étaient de passage.

"

Il poursuit, visant particulièrement la nièce de Marine Le Pen et son tweet :

"

Marion Maréchal-Le Pen fait un amalgame ignoble au moment où les forces de l’ordre risquent leur vie. Le problème est bien plus large et n’appelle pas de réponses simplistes.

"

Luc Carvounas, sénateur-maire d’Alfortville et porte-parole de la campagne régionale de Claude Bartolone – suspendue jusqu’au lundi 23 novembre – regrette que les élus frontistes "stigmatisent un département, des quartiers". Il ajoute auprès du Lab :

"

J’aimerais qu’ils sortent de ces petites phrases à l’emporte-pièce. Plutôt que de demander la mise sous tutelle de Saint-Denis, j’aimerais qu’ils condamnent le maire de Mantes qui s’oppose à la construction d’une mosquée. C’est très indécent. Je ne veux pas tomber dans la surenchère. Ils ne sont pas au niveau.

"

Tête de liste PS aux régionales, député de Seine-Saint-Denis et président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone avait appelé mercredi matin à ne pas faire de lien entre "les banlieues populaires et ces terroristes qui n'ont rien à voir avec ces populations qui aspirent à vivre normalement".

Du rab sur le Lab

PlusPlus