Montebourg flingue l'accord PS-verts

Publié à 20h07, le 10 janvier 2012 , Modifié à 10h28, le 13 janvier 2012

Montebourg flingue l'accord PS-verts
Arnaud Montebourg ne tient pas à respecter l'accord PS-EELV (Reuters).

Arnaud Montebourg veut empêcher Cécile Duflot d'être élue députée de Paris. Au nom de sa vision de la problématique nucléaire, le troisième homme de la primaire socialiste s'oppose ouvertement au pacte PS-écolos. Tant pis si son candidat, François Hollande, s'est engagé à le respecter. Par ailleurs, il a annoncé ne pas vouloir respecter l'accord électoral dans sa région. Rue de Solférino, on parle d'exclusion. Si Benoît Hamon annonce que ça ne sera pas le cas, le député de Saône-et-Loire, provocateur, lance que ça ne le "gênerait pas". 

A Paris, comme chez lui, Le Lab vous synthétise son refrain : "sus aux parachutages écolos" !

  1. "Ça ne me gênerait pas d'être exclu"

    Sur bourgogne.france3.fr

    Ça ne me gênerait pas d'être exclu du PS. Je crois que j'ai suffisamment donné à ce parti, je l'ai fait suffisamment progresser pour que nul ne peut  craindre que nous allons supporter notre candidat, notre candidate j'espère, dans le Charolais-Brionnais comme nous l'avons toujours souhaité.

    C'est ce qu'Arnaud Montebourg a affirmé à France 3 Bourgogne jeudi 12 janvier. Dans la foulée, Benoît Hamon sur LCI a réagi en essayant d'éteindre le feu allumé depuis la Saône-et-Loire mais en taclant tout de même au passage son camarade socialiste : "Arnaud Montebourg ne sera pas exclu, c'est bien parce qu'il le sait qu'il en parle".

    L'ancien candidat à la primaire socialiste avait mis le feu à l'accord électoral entre le PS et Europe-Ecologie - Les Verts en annonçant qu'il ne comptait pas l'appliquer dans sa région. 

  2. Feu sur Duflot !

    Sur rtl.fr

    Le troisième homme de la primaire socialiste était ce matin l'invité de RTL. Après son passage en studio, Arnaud Montebourg prend son petit déjeuner avec Jean-Michel Aphatie, qui en fera, avec l'accord de l'élu socialiste, un billet de blog.

    Pour Arnaud Montebourg, le "vrai débat" pour affronter les défis du réchauffement nucléaire est la sortie du pétrole. Donc, la sortie du nucléaire, telle qu'elle figure dans le pacte entre son parti, le PS, et les écologistes n'est pas la solution.

    EXTRAIT du billet de blog de Jean-Michel Aphatie

    'Je n’ai pas voté cet accord, dit-il, je n’en suis pas solidaire'. Mais la fermeture des 24 centrales qu’il contient ? 'Nous ne le ferons pas', assure-t-il, et il poursuit en expliquant que c’est en raison de ces désaccords qu’une candidate socialiste sera présente, dans l’une des circonscriptions législatives de Saône-et-Loire, pour faire échec à la candidate des Verts [Le Lab pense qu'il s'agit en réalité d'un candidat, Nicolas Guillemet] qui s’y présente en vertu de l’accord électoral passé entre le PS et les écolos. 'Et ce sera pareil à Paris, insiste-t-il, où nous ferons battre Cécile Duflot.'

    A voir aussi : sa vision de la sortie progressive du nucléaire exprimée pendant la campagne de la primaire socialiste, dans une vidéo, à l'occasion d'un chat sur le site du Monde.

  3. Il dénonce depuis des semaines un pacte "irréaliste"

    Sur lejsl.com

    Alors que le gouvernement tapait à boulets rouges sur un accord "inepte" et "insensé", Arnaud Montebourg dénonçait avec des mots légèrement moins durs un pacte "irréaliste" dès le 29 novembre, dans les colonnes du Journal de Saône-et-Loire

    EXTRAIT de la version partielle de cette interview, en ligne sur le site du JSA.

    Il estime qu’on ne peut "pas bazarder une industrie qui marche et qu’il serait irréaliste de fermer des centrales qui ne sont pas en fin de vie et de ne pas poursuivre l’EPR...."

    Arnaud Montebourg risque, encore, de s'attirer les foudres de la patronne du PS. Début décembre, après la sortie d'Arnaud Montebourg sur des pratiques supposées de corruption dans la fédération socialiste du Nord-Pas-De-Calais, Martine Aubry l'avait publiquement brocardé. 

    Mon rôle c'est de faire respecter non seulement les positions du parti mais celle de notre candidat et de ne plus accepter aucun ego.

    Je comprends que Jack Lang soit insupporté par les propos d'un de ceux dont l'ego a besoin de se démontrer.

    Le Lab pense que la langue de Martine Aubry a fourché et qu'elle a comprimé les deux expressions "n'a plus de besoin d'être démontré" et "a besoin de se dégonfler". 

  4. Paradoxe : de nombreux écologistes ont voté pour lui pendant la primaire...

    Sur lexpress.fr

    ...et c'est Jean-Vincent Placé, sénateur et stratège d'EELV, qui le reconnaissait lui même  au lendemain du premier tour de la primaire socialiste dans une interview à l'AFP reprise par de nombreux sites d'infos dont L'Express.

    EXTRAIT de cette interview-analyse.

    'Nombre d'écologistes ont voté, y compris parmi les militants purs et durs' [...]. Finalement, les sympathisants EELV (35.000 dont 20.000 "coopérateurs") "sont très majoritairement pour Aubry" [...] et 'significativement pour Montebourg' et sa 'démondialisation, son refus de l'ordre établi avec notamment la VIe République' qui 'l'a emporté sur son côté plutôt pro-nucléaire', a dit M. Placé.

  5. Ce sujet se construit avec vous !

    Vous connaissez d'autres notes de la petite musique toute personnelle d'Arnaud Montebourg sur cet accord PS-Verts ? Déposez vos liens dans les commentaires ci-dessous ou en nous apostrophant sur Twitter @LeLab_E1. Nous réactualiserons ce sujet avec vos contributions.

Du rab sur le Lab

PlusPlus