Nathalie Kosciusko-Morizet, la réforme des rythmes scolaires et les "magnifiques dessins de carottes" de son fils

Publié à 09h36, le 17 octobre 2013 , Modifié à 13h15, le 17 octobre 2013

Nathalie Kosciusko-Morizet, la réforme des rythmes scolaires et les "magnifiques dessins de carottes" de son fils
Capture d'écran LCI.

NON MAIS ON RÊVE ! - C'est SON sujet. Nathalie Kosciusko-Morizet, à travers son statut de candidate à la mairie de Paris et de mère de famille, connait par coeur la réforme des rythmes scolaires. Et n'a pas de mots assez forts pour la dézinguer.

[#unecarottepourNKM: aller en bas de l'article pour voir les contributions des internautes]

Invitée de Radio Classique et de LCI, NKM s'est légèrement emportée ce 17 octobre. Alors qu'elle assure ne pas aimer parler de sa vie privée, Nathalie Kosciusko-Morizet n'hésite pourtant pas à donner quelques éléments de l'emploi du temps de son fils de 4 ans.

Elle explique d'abord pourquoi, sur le fond, la réforme est mauvaise, et parle de ses deux fils pour illustrer son propos :

Cette réforme a été précipitée. Cette réforme n'a pas de sens. Il s'agissait d'alléger les horaires des enfants en semaines, ils sont fatigués.

Moi j'ai deux petits enfants de 8 ans et 4 ans, ils sont fatigués. Les enfants sont fatigués.

S'ensuit une attaque en règle contre la "bonne élève" Anne Hidalgo, qui a appliqué la réforme des rythmes dès 2013, contrairement aux autres communes de France. "C'est la faute de la gauche", assure NKM, qui continue d'attaquer sur le mode "nos enfants sont fatigués" :

Ils sortent tous les soirs à 16h30 comme avant, et en plus il se relèvent le mercredi matin. Et tout ça pour faire des activités le mardi et le vendredi dont l'utilité est loin d'être avérée.

C'est là que NKM s'emporte. Visiblement, la candidate UMP à la mairie de Paris n'a pas apprécié les cours d'éducation nutritionnelle que doit suivre son fils :

J'aime pas donner l'exemple de mes enfants, mais écoutez franchement mon fils de 4 ans, deux fois par semaine, deux fois une heure et demi, il fait éducation nutritionnelle.

Vous savez ce que c'est, éducation nutritionnelle ? Ça consiste à dessiner des carottes ! Avec une Atsem [Agent territorial spécialisé en Ecole Maternelle, dame de service, NDLR] qui essaye de faire de son mieux. J'ai déjà trois magnifiques dessins de carottes !

Donc il est fatigué, il est claqué, on lui a élargi ses horaires mais deux fois une heure et demi par semaine, trois heures par semaine, il dessine des carottes !Ça va durer jusqu'à Noël ! C'est quoi cette histoire ?

Voir la vidéo :

> Au Lab, cette histoire de carottes nous a bien fait rigoler. Du coup on a commencé à jouer. Avec vous ?

Envoyez nous vos contributions sur Twitter en mentionnant @lelab_e1,  par mail: lelab@europe1.fr, ou en utilisant le hashtag #unecarottepourNKM

Du rab sur le Lab

PlusPlus