Nathalie Kosciusko-Morizet : "Sarkozy n'a jamais dit qu'il se retirerait définitivement..."

Publié à 17h06, le 12 mai 2013 , Modifié à 17h30, le 12 mai 2013

Nathalie Kosciusko-Morizet : "Sarkozy n'a jamais dit qu'il se retirerait définitivement..."
Nathalie Kosciusko-Morizet, le 22 avril 2013 (Philippe de Poulpiquet/MaxPPP)

LA MEMOIRE DANS LA PEAU - Sur le plateau de Dimanche Plus, Nathalie Kosciusko-Morizet a déclaré que l'ancien chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, n'avait pas affirmé qu'il se retirerait de la politique en cas de victoire.

La députée de l'Essonne a précisément dit de Nicolas Sarkozy :

Il n'a jamais dit qu'il se retirait définitivement de la politique, il a maintenu une forme d'ambiguité sur le sujet.

Une petite phrase qui a été immédiatement fact-checkée sur Twitter.

NKM se plante: Sarkozy a bien dit qu'il arrêterait la politique s'il perdait l'élection. Chez Bourdin m.rue89.com/#/news/230014

— Johan Hufnagel (@johanhufnagel) 12 mai 2013

Gros mensonge de NKM… “@aslapix: Nkm : Nicolas Sarkozy n'a jamais dit qu'il arrêtait la politique... @dimancheplus

— Pierre-Alain Furbury (@paFurbury) 12 mai 2013

Sarkozy pendant la campagne: “Si je perds, j’arrête la politique”…

— Pierre-Alain Furbury (@paFurbury) 12 mai 2013

Effectivement, Nicolas Sarkozy a bien confirmé sur l'antenne d'RMC qu'il arrêterait la politique en cas de défaite, et plutôt trois fois qu'une :

Si vous n'êtes pas réélu, est-ce que vous arrêtez la politique ?

- Oui. Vous pouvez me poser la question trois fois : oui. Je ferai autre chose. Quoi ? Je ne sais pas.

Mais, si on suit strictement la déclaration de Nathalie Kosciusko-Morizet, force est de constater que Nicolas Sarkozy n'a jamais dit qu'il se retirerait "définitivement". Une nuance certes ténue, mais sans doute éloquente de la part de celle qui était chargée en 2012 de la campagne de Nicolas Sarkozy.

Cependant, si Nicolas Sarkozy s'est effectivement bien gardé d'employer ce "définitivement" bien catégorique, il avait multiplié les déclarations laissant peu de place à un éventuel retour. Le Lab en avait même fait une petite revue de détails. Nicolas Sarkozy avait ainsi déclaré :

En cas d'échec, j'arrête la politique. Oui, c'est une certitude.

De toute façon, je suis au bout. Dans tous les cas, pour la première fois de ma vie, je suis confronté à la fin de ma carrière. 

Et surtout, une déclaration qui prend une teinte toute particulière un an après la victoire de François Hollande :

Vous n'entendrez plus parler de moi.

Une déclaration qui ne peut pas sonner plus faux à l'heure actuelle, tant l'ex-président et son héritage occupe encore une place importante à l'UMP, et dans le débat politique.

Dans ses bureaux situé rue de Miromesnil, à proximité du siège de l'UMP et de l'Elysée, Nicolas Sarkozy reçoit encore beaucoup de membres de son parti, participe à des conférences où il lui arrive de parler de politique française et distille impressions et avis dans la presse quant à l'action de son successeur.

Du rab sur le Lab

PlusPlus