Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen se contredisent par matinales interposées sur un éventuel accord pour les législatives

Publié à 09h41, le 01 mai 2017 , Modifié à 09h43, le 01 mai 2017

Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen se contredisent par matinales interposées sur un éventuel accord pour les législatives
© Montage Le Lab via BFMTV et Europe 1

Nicolas Dupont-Aignan s’est rallié à Marine Le Pen, c’est donc tout naturellement qu’il a adopté les éléments de langage du Front national. Ce lundi 1er mai sur BFMTV, l’ex-candidat à la présidentielle servait des "Hollande junior" pour désigner Emmanuel Macron, comme l’avait fait un peu plus tôt Marine Le Pen sur Europe 1. Sauf que la symbiose s’est arrêtée aux portes d’un éventuel accord sur les législatives.

À 8h15, Marine Le Pen a récusé "pour l’instant" toute alliance, évoquée par plusieurs médias, entre le Front national et Debout la France pour les scrutins des 11 et 18 juin :

 

Pour l’instant, ce débat n’a pas eu lieu. Chacun présente ses candidats et nous verrons ce qui se passe. L’important pour l’instant, c’est la présidentielle.

C’est plutôt clair. La présidente-du-FN-en-congé ne veut pas en dire davantage sur les discussions en cours. Mais quelques minutes plus tard sur BFMTV, Nicolas Dupont-Aignan est un peu plus loquace et semble avoir vendu la mèche à son intervieweur juste avant. Jean-Jacques Bourdin affirme donc :

 

- Jean-Jacques Bourdin : Pour les législatives, dans une cinquantaine de circonscriptions, il n’y aura pas de candidat Front national contre vous ?



- Nicolas Dupont-Aignan : Tout à fait. On verra comment tout ça se passera après la présidentielle.

 

Le député de l’Essonne le dit ensuite une deuxième fois :

 

Debout la France reste un parti équilibré qui déposera des candidatures dans plus de 525 circonscriptions. Les Français auront le choix entre deux patriotismes : le patriotisme du Front national, le patriotisme gaulliste de Debout la France. Le parti vivra.

Cet accord censé être traité une fois la présidentielle passée semble donc pourtant en bonne voie de discussion.

Vous en voulez encore ?

Sur franceinfo:, au même moment, Louis Aliot évoque des "discussions sur les circonscriptions". Si le vice-président du Front national ne veut pas en dire plus, il dévoile tout de même de possibles "double étiquettes" FN-Debout la France :

 

- Louis Aliot : Il y a des discussions sur les circonscriptions, mais encore une fois c’est notre secrétaire général [Nicolas Bay, NDLR] qui s’occupe de ça. [...] Il pourrait y avoir des circonscriptions où les candidats ont la double étiquette, mais la plupart du temps et dans la majorité des cas, il y aura des candidats différents dans les circonscriptions.



- franceinfo: Par exemple à Yerres [dans la circonscription de Nicolas Dupont-Aignan, NDLR] il n’y aura, j’imagine, pas de candidat frontiste contre Nicolas Dupont-Aignan ?



- Louis Aliot : J’en sais rien mais j’imagine, oui.

 

Ce qui, encore une fois, ressemble fort à un accord, dont Marine Le Pen dément pourtant l'existence...

¯\_(ツ)_/¯

Du rab sur le Lab

PlusPlus