Nicolas Sarkozy et "Les Républicains": Christian Paul dénonce le "rapt d'un bien commun"

Publié à 08h18, le 24 avril 2015 , Modifié à 08h18, le 24 avril 2015

Nicolas Sarkozy et "Les Républicains": Christian Paul dénonce le "rapt d'un bien commun"
© AFP

Plus les socialistes s'offusquent, plus Nicolas Sarkozy les moque, plus ils continuent. Après Jean-Marie Le Guen qui a estimé que le nouveau nom proposé pour l'UMP, "les Républicains", était un "abus de pouvoir" de la part de la droite, c'est Christian Paul qui condamne ce 24 avril dans Le Figaro le "rapt d'un bien commun".

Le premier signataire de la motion des frondeurs pour le congrès PS s'indigne :

"

Je m'efforce de garder un calme olympien devant une tentative de rapt d'un bien commun que Nicolas Sarkozy compte utiliser comme marchepied pour son aventure politique. (...) C'est une annexion indigne, résultat d'une énième opération de triangulation comme il l'a déjà fait par le passé avec Jaurès et Blum. Il revient avec les mêmes ficelles, les mêmes bricolages idéologiques.

"

Lors de la campagne de 2007, Nicolas Sarkozy s'était ainsi décrit comme "l'héritier" de Jaurès lorsqu'il disait défendre la valeur travail.

Concernant le choix des "Républicains", nom qui devra être acté par les militants lors du congrès du 30 mai, Nicolas Sarkozy s'amuse des critiques de ses adversaires politiques. Au point d'en faire un one man show comme le 22 avril à Nice :

"

Ce mot, 'République', j'ai vu que ça plaisait pas à la gauche. Eh ben du coup... (longue pause, rires) Ils aiment pas ça ? Ben va ptet' falloir qu'ils s'habituent ! On verra le moment venu, mais ils vont finir par me donner une idée... Quand ça fait mal, ils devraient pas crier si fort ! (Rires et applaudissements) Parce que ça les dénonce.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus