Voeux 2014 : oups, des coquilles se glissent sur les comptes twitter de François Lamy, de Valérie Trierweiler, et de Frédéric Lefebvre

Publié à 17h25, le 01 janvier 2014 , Modifié à 13h50, le 02 janvier 2014

Voeux 2014 : oups, des coquilles se glissent sur les comptes twitter de François Lamy, de Valérie Trierweiler, et de Frédéric Lefebvre

BESCHERELLE – Les lendemains de réveillon du 31 décembre sont parfois difficiles. Et l’orthographe ou la conjugaison malmenées.

En ce 1er janvier 2014, des messages de voeux publiés sur les comptes twitter de plusieurs personnalités politiques ont ainsi comporté de belles coquilles - soyons juste, c'est également parfois le cas dans les articles du Lab.

C'est le cas du ministre PS de la Ville, François Lamy, de la Première dame, Valérie Trierweiler, ou bien encore du député UMP Frédéric Lefebvre - qui a toutefois assuré avoir été victime d'un piratage de son compte.

Dans le cas de Frédéric Lefebvre, qui avait déjà partagé une carte de voeux le 31 décembre à minuit, c'est un nouveau verbe qui a remplacé le verbe "sourire" dans un nouveau message publié sur son compte twitter le 1er janvier dans la journée.

Eric Fallourd, responsable de la communication du groupe EELV à l'Assemblée nationale, a aussitôt capturé le message en question :

Edit :  Quelques minutes après la publication de cet article, un collaborateur du député UMP a évoqué, par email, auprès du Lab, un "faux grossier (qui) ne provient absolument pas du député".

Dénoncant une "attaque", l'équipe du député a expliqué avoir "par précaution (...) changé l'ensemble des identifiants du compte" et "saisi (...) Twitter afin de découvrir l'origine de l'intrusion".

Frédéric Lefebvre lui-même, dans un message posté sur Twitter, a précisé que le message avait bien été posté depuis son compte, mais a dénoncé une usurpation.

"Je préférerais que les gens voient mes vrais voeux", a même expliqué Frédéric Lefebvre au Parisien, qui consacre un article au sujet, jeudi 2 janvier :

Chez le ministre de la Ville, François Lamy, c’est une erreur de conjugaison qui s’est glissée dans son tweet.

Une erreur réparée quelques minutes plus tard d'un nouveau tweet, après avoir effacé le précédent :

Quant à la Première dame, Valérie Trierweiler, c’est aussi au niveau de la conjugaison que le bât blesse. Et notamment dans l’utilisation du subjonctif du verbe "voir".

Valérie Trierweiler a effacé son premier message, avant de le republier, le 2 janvier, en s'excusant de la faute :

Article mis à jour mercredi 1er janvier et jeudi 2 janvier, avec les précisions sur le message posté par Frédéric Lefebvre, et l'ajout de ses voeux initiaux ; ajout, également, du message de correction posté par Valérie Trierweiler.

Du rab sur le Lab

PlusPlus