Philippe Poutou a voté François Hollande en 2012 pour "dégager l’autre con… enfin le Sarkozy"

Publié à 09h44, le 10 avril 2017 , Modifié à 09h44, le 10 avril 2017

Philippe Poutou a voté François Hollande en 2012 pour "dégager l’autre con… enfin le Sarkozy"
Philippe Poutou © Capture d'écran BFMTV.

"Casse-toi pov’ con." C’est ainsi que Nicolas Sarkozy avait répondu, lorsqu’il était chef de l’Etat, à un homme refusant de lui serrer la main au Salon de l’Agriculture en 2008. C’est ce qu’a en substance exprimé Philippe Poutou en 2012 en votant pour François Hollande au second tour. Invité de BFMTV ce lundi 10 avril, le candidat du NPA à l’élection présidentielle a reconnu avoir voté pour le candidat socialiste pour "dégager" celui qu’il nomme, de manière faussement naïve, "l’autre con" avant de se reprendre :

En 2012, oui, j’ai voté Hollande mais pas en espérant Hollande parce qu’on disait qu’il faut dégager l’autre con, euh… enfin, le Sarkozy. Parce qu’il fallait dégager Sarkozy, parce que y’en avait marre et on pensait d’une certaine manière que ça ferait un peu de bien.

Une confidence délivrée surtout pour démontrer que la gauche de gouvernement a toujours déçu la gauche radicale à laquelle appartient le Nouveau Parti anticapitaliste. "Mais combien de fois on s’est fait avoir là-dessus ? Combien de fois la gauche a dit qu’elle allait régler nos problèmes ?" s’est interrogé Philippe Poutou, ambianceur du grand débat entre les onze candidats, pour montrer ses réticences à imaginer Jean-Luc Mélenchon changer radicalement les choses s’il était élu. Philippe Poutou déroule :

 

On pense qu’il faut une confrontation directe avec les possédants, les capitalistes, aujourd’hui. C’est à la population de prendre ses affaires en main. C’est dans la rue que ça se passera pour changer le rapport de force. Mélenchon comme nous va dire qu’il faut interdire les licenciements… mais comment on l’impose ? C’est pas un rapport de forces différent, c’est parce qu’il y aura des batailles sociales. On ne voit pas comment, parce qu’il y aura un nouveau président, une nouvelle majorité à gauche, on l’a déjà vécu, on s’est fait avoir quand même pleins de fois. On nous a dit qu’il fallait voter à gauche. Même Mélenchon à l’époque.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus