Pour éviter un Hamon 2, Olivier Faure propose de réformer le processus de la primaire socialiste

Publié à 10h00, le 24 août 2017 , Modifié à 14h51, le 26 décembre 2017

Pour éviter un Hamon 2, Olivier Faure propose de réformer le processus de la primaire socialiste
Olivier Faure. © Montage le Lab via LCI.

Alors que les députés LREM "révisent" pour être au niveau à la rentrée, il en est qui s'atèle à refonder leur parti en ruines. C'est le cas d'Olivier Faure, patron des députés PS, pardon, Nouvelle gauche, et communément présenté comme un "survivant à la vague en marche".

Olivier Faure, donc, entend bien tirer les leçons de la dernière séquence électorale qui, rappelons-le, a vu le Parti socialiste frôler le triste record de Gaston Defferre à la présidentielle de 1969, avant de passer de 295 à 31 députés. Sale période. Alors, pour ne pas réitérer les erreurs du passé, le président du groupe Nouvelle gauche à l'Assemblée a une idée : réformer le processus de désignation du candidat socialiste à l'élection présidentielle.

Invité de LCI ce jeudi 24 août, Olivier Faure explique :

 

Il y aura un débat dans des primaires [SIC] qui viendront, des primaires que je souhaite très largement modifiées. Je considère qu'il doit y avoir plusieurs collèges : un collège citoyen, un collège d'élus et un collège de militants, ce qui permet d'avoir pendant toute la durée d'un mandat l'obligation pour ceux qui seront candidats à l'élection présidentielle d'être dans une situation où ils ne se mettent jamais de travers et où leur positionnement ne vient pas gêner le collectif.

Contacté par le Lab, Olivier Faure se fait un peu plus concis :

 

Dans mon esprit, le collège citoyen pèse la moitié et les deux autres le quart. Objectif : ne jouer ni contre le collectif, ni contre nos électeurs.

Dans l'histoire du PS, il n'y a eu que deux primaires dites citoyennes : celle de 2011 qui a désigné François Hollande et celle de cette année 2017 qui a désigné Benoît Hamon (face à Manuel Valls). Et c'est bien pour éviter cette dernière situation qu'Olivier Faure fait cette proposition. Au Lab, il développe :

 

L'objectif, c'est d'avoir un candidat qui coche un maximum de cases, qui fédère plutôt que de diviser. La primaire aujourd'hui pousse aux positionnements les plus décalés, chacun cherchant à occuper un segment du 'marché', et conduit à la défaite.

Après avoir annoncé qu'il souhaitait que le futur premier secrétaire du PS ne soit pas candidat à la présidentielle, Olivier Faure entend défendre cette proposition de réformer la primaire. Seul bémol, il n'est qu'un parmi les 28 membres de la direction collégiale provisoire du parti. Et puis, il y a toujours un François Hollande qui rôde...

Du rab sur le Lab

PlusPlus