Pour Hubert Védrine, François Hollande et Angela Merkel ne forment pas "un couple franco-allemand"

Publié à 09h29, le 21 janvier 2013 , Modifié à 09h29, le 21 janvier 2013

Pour Hubert Védrine, François Hollande et Angela Merkel ne forment pas "un couple franco-allemand"
François Hollande et Angela Merkel le 22 novembre 2012. (Reuters)

NOCES D’OR – Mardi 22 janvier, députés français et allemands, président français et chancelière allemande, se réuniront à Berlin pour célébrer les cinquante ans du Traité de l’Elysée, symbole de la réconciliation franco-allemande.

A la veille de ces célébrations, l’ancien ministre des Affaires étrangères de Lionel Jospin, Hubert Védrine, juge, lundi 21 janvier sur Canal Plus, qu’on "ne peut pas se passer d’un travail de mise en convergence des deux pays".

Deux pays liés mais qui ne forment pas un "couple". Un terme communément utilisé qui ne plait à l’ancien diplomate, pragmatique :

"

Ce n’est pas un couple. C’est un terme trop sentimental.

D’autant que ca n’a existé que trois fois dans le souvenir : De Gaulle/Adenauer, Giscard/Schmidt, Mitterrand/Kohl.

"

Quant à ce cinquantenaire, Hubert Védrine n’est pas le premier fan de ces célébrations non plus. Sur Canal Plus, celui qui a développé la théorie de "l’hyperpuissance" américaine a raillé "la phraséologie un peu gnan-gnan" de cette journée de commémoration :

"

On ne peut pas se passer d’une entente franco-allemande, on peut se passer de toute la phraséologie un peu gnan-gnan des commémorations.

On peut s’en passer en pratique, même si de temps en temps c’est agréable à entendre.

"

>> A lire : le 28 novembre dernier, à l’approche de ce rendez-vous, le Lab avait révélé le programme des festivités, communiqué par le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, aux 577 députés du Palais Bourbon.

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus