Pour une sénatrice écologiste, la marseillaise porte un "appel à la xénophobie"

Publié à 15h52, le 24 mai 2013 , Modifié à 15h25, le 25 mai 2013

Pour une sénatrice écologiste, la marseillaise porte un "appel à la xénophobie"
La sénatrice Marie-Christine Blandin. (MaxPPP)

 ALLONZENFANTS DE LA PATRIIIE - La Marseillaise serait porteuse d'une "hérésie scientifique", d'un "appel à la xénophobie" et même d'un "appel à la violence sanguinaire" selon la sénatrice verte Marie-Christine Blandin qui "rêve" d'une "phrase alternative".

La présidente de la commission de la Culture et de l'Éducation au Sénat prend la parole ce vendredi 24 mai lors de l'examen de la loi Peillon sur la réforme de l'école.

Comme l'a noté Public Sénat, la sénatrice du Nord n'apprécie pas un passage de la Marseillaise :

Qu'un sang impur abreuve nos sillons ?

Il faut quand même que nous réflechissions au fait que cette phrase véhicule vraiment des messages d'un autre âge. Et hors du contexte révolutionnaire, c'est quand même une hérésie scientifique ce "sang impur qui véhicule des choses", c'est un appel à la xénophobie - qu'est ce que c'est qu'un sang impur - et c'est un appel à la violence sanguinaire et de récents évènements qui ont couvert tous les écrans des médias vous montrent bien que le sujet est quand même d'actualité.

"Je rêve du jour où il nous sera proposé une phrase alternativeà ce petit morceau qui me semble vraiment porteur d'un doute affreux" poursuit Marie-Christine Blandin avant de s'interroger "devons nous véhiculer cette phrase, la faire répéter par les enfants ? Avons nous cette ambition ?"

Une intervention applaudie qui n'était pas accompagnée d'un dépôt d'amendement "car le chantier dépasse bien cet hémicycle" et que la sénatrice se réjouit que la loi permette aux "enseignants de remettre cette phrase dans son contexte et que [le sang impur dans la Marseillaise] ne soit pas pris au premier degré" par les petits Français qui doivent l'apprendre.

[Mise à jour, samedi 25 mai] Une déclaration qui ne plait pas à deux députés UMP et au vice-président du Front National. Les trois hommes l'ont dit sur Twitter, vendredi.

Selon Eric Ciotti, élu des Alpes Maritimes, "la gauche n'a pas fini d'abîmer la République et ses symboles".

La Marseillaise, « un appel à la xénophobie » selon la sénatrice Blandin. La gauche n'a pas fini d'abîmer la République et ses symboles.

— Eric Ciotti (@ECiotti) 24 mai 2013

"Stop", "une atteinte à un symbole de la République" juge le député UMP du Nord, Sébastien Huyghe en deux hashtags lapidaires.

Pour #Blandin (EELV) la Marseillaise serait un appel à la xénophobie et à la violence sanguinaire #atteinteàunsymboledelaRépublique#stop

— Sébastien Huyghe (@SebastienHuyghe) 24 mai 2013

Enfin, Florian Philippot, vice-président du Front National, propose à la sénatrice de démissionner si elle ressent "un tel dégoût" pour la Marseillaise.

Si la sénatrice MC Blandin à un tel dégoût pour l'hymne national, qu'elle en tire les conséquences et quitte le Parlement #Marseillaise

— Florian Philippot (@f_philippot) 24 mai 2013

Un vieux débat. Avant cette sénatrice, en 2009, l'ancienne ministre Christine Boutin, présidente du Parti Chrétien-Démocrate, souhaitait déjà une modification des paroles de l'hymne national.

Du rab sur le Lab

PlusPlus