Quand Christian Jacob félicite le gouvernement d’avoir renoncé à limiter le salaire des patrons

Publié à 09h32, le 24 mai 2013 , Modifié à 09h32, le 24 mai 2013

Quand Christian Jacob félicite le gouvernement d’avoir renoncé à limiter le salaire des patrons
Christian Jacob sur RTL. (Capture d'écran)

BONS POINTS – Réguler les salaires des patrons ? Le gouvernement y renonce. C’est l’annonce faite ce vendredi 24 mai dans les Echos par le ministre de l’Economie Pierre Moscovici. En revanche, le patron de Bercy relance la taxe à 75% sous une nouvelle mouture.

Interrogé sur le salaire des patrons, ce 24 mai sur RTL, Christian Jacob fait aussitôt le lien avec les 75%, taxe à laquelle lui et l’UMP sont farouchement opposés. 

Quand on a fait une ânerie, on arrête. L’ânerie c’est la taxe à 75% qui n’a aucun sens. Aujourd’hui ils ne savent plus comment rétropédaler. Qu’ils le disent clairement.

Arrêté dans son élan par Jean-Michel Aphatie qui lui explique que taxe à 75% et régulation des rémunérations patronales ne sont pas liées, le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale change de ton. Et, fait assez rare pour le patron de l'opposition parlementaire, livre un bon point au gouvernement :

C’est bien qu’il renonce à limiter le salaire des patrons et que ça se fasse dans un cadre du conseil d’administration. Ça me convient plutôt mieux parce que, de fait, ça se fera naturellement. Et là on peut éviter une réglementation, ce n’est pas plus mal.

(Reuters) 

BONUS TRACK : LE POINT METEO

Il fait froid. Les températures basses pour un 24 mai interpellent. Après la météo qui a précédé son interview sur RTL, Christian Jacob est interrogé sur le sujet. "Vous avez déjà vu ça ?" lui est-il demandé es-qualité d’ancien agriculteur.

Agriculteur-éleveur de profession, qui a débuté sa carrière dans le syndicalisme agricole, le patron des députés UMP livre alors son analyse météo :

Ce n’est pas bon pour l’agriculture parce que trop d’eau, trop de froid. Ca démarre mal au printemps. On aura des récoltes en retard.

Du rab sur le Lab

PlusPlus