Quand Marine Le Pen voulait se faire rembourser deux nuits dans un quatre étoiles, un bal chez son père et le coût de son service de sécurité

Publié à 21h55, le 22 octobre 2013 , Modifié à 23h55, le 22 octobre 2013

Quand Marine Le Pen voulait se faire rembourser deux nuits dans un quatre étoiles, un bal chez son père et le coût de son service de sécurité
Marine Le Pen (MaxPPP)

La présidente du Front National Marine Le Pen s'est vu refuser le remboursement de près de 700.000 euros de dépenses de sa campagne présidentielle comme le détaille Le Canard Enchainéà paraître ce mercredi 23 octobre.

Selon le rapport d'activité de la commission nationale des comptes de campagne consultable sur son site internetles comptes de campagne 2012 de Marine Le Pen ont été retranchés de 696.965 euros sur plus de 9 millions d'euros. Soit 7,66% du total.

Le Canard enchaîné a eu accés au détail des factures refusées dont :

- l'organisation d'une université d'été à Nice pour 102.442 euros dont 1.363 euros correspondant aux deux nuits de Marine Le Pen au Méridien, un quatre étoiles sur la promenade des anglais.

- pas de remboursement non plus pour le "bal de Marine", une soirée du comité de soutien facturée 131.173, le 25 juin 2011, dans les jardins de Montretout. Dont 1.585 euros destinés aux hôtesses "en tenue Kennedy bleu ciel ou lavande". Et 22.438 euros de petits-fours.

- la CNCCFP a enfin retiré 21.105 euros sur l'argent demandé par Marine Le Pen pour ses propres "agents de sécurité". En plus des policiers mis à disposition par l'État pendant la campagne.

[Bonus track] Toujours selon Le Canard Enchaîné, reprenant Médiapart, le Front National a versé 1,6 million d'euros à la société de communication de Frédéric Chatillon, présenté comme un "intime de la candidate". Depuis, la branche syrienne de sa société, Riwal Syria, conseille le régime de Bachar El Assad.

Du rab sur le Lab

PlusPlus