Quittant la politique, Élisabeth Guigou (PS) flingue Hamon et milite pour que Cazeneuve reprenne le parti

Publié à 21h38, le 04 juillet 2017 , Modifié à 21h41, le 04 juillet 2017

Quittant la politique, Élisabeth Guigou (PS) flingue Hamon et milite pour que Cazeneuve reprenne le parti
Élisabeth Guigou à l'Assemblée nationale © ERIC FEFERBERG / AFP

Il n'y a pas qu'à droite que l'heure des règlements de comptes a sonné. Au PS, les choses sont plutôt en bonne voie aussi de ce point de vue-là. Et Élisabeth Guigou y va de sa petite contribution.

Dans une interview au Parisien publiée mardi 4 juillet, l'ex-députée PS confirme qu'elle "arrête la politique d’un point de vue électoral", après avoir été battue au premier tour au mois de juin alors qu'elle briguait un quatrième mandat. Mais cette prise de recul ne l'empêche pas de prendre part au débat sur l'avenir de sa famille politique, elle qui avait soutenu Manuel Valls pour la primaire.

De Benoît Hamon qui a quitté le PS pour monter son propre mouvement après une campagne présidentielle où l'appareil socialiste ne l'a pas franchement aidé, l'ex-ministre de la Justice (1997-2000) dit que "c’est n’importe quoi". Elle défouraille :

Il ferait mieux de s’interroger sur les raisons de sa défaite, qui n’a jamais été aussi lourde pour le PS depuis 1969 ! Son erreur stratégique a été de courir après Mélenchon au lieu de rassembler ses propres amis. La reconstruction du parti va prendre du temps. Ce recul est nécessaire, c’est ce qui a manqué lors du quinquennat de François Hollande.

 

Et alors qu'une direction collégiale devrait voir le jour pour reprendre le PS en main dans cette période compliquée, et après la démission du Premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, Élisabeth Guigou plaide pour que Bernard Cazeneuve soit la nouvelle figure de proue des socialistes. Elle lance :

Je pense que Bernard Cazeneuve serait le plus à même de rassembler cette gauche sociale-démocrate. Et si le PS doit changer de nom, il faut garder le mot socialisme, c’est une marque avec une idéologie, des valeurs et des grandes figures.

 

On ne sait en revanche pas quel est l'avis de l'ex-Premier ministre sur la question. En décembre dernier, L'Opinion affirmait cependant qu'il préparait déjà son retour dans le privé, comme avocat...

[BONUS TRACK]

Éliminée dès le 11 juin avec quelque 17% au premier tour sur sa circonscription de Seine-Saint-Denis, Élisabeth Guigou analyse son résultat en ces termes dans Le Parisien :

Les circonscriptions de gauche ont été gagnées par un candidat de la France insoumise. Cela a été une forme de vague, les gens ont eu envie d’essayer autre chose. C’est comme ça, il n’y avait rien à faire d’autre. Si j’avais pu me qualifier au second tour face au candidat d’En Marche !, je pense que j’aurais pu l’emporter. J’ai tout de même considérablement amélioré le score de Benoît Hamon à la présidentielle.

 

C'est vrai que c'est presque trois fois mieux que les 6% du candidat socialiste à la présidentielle, qui devrait fortement apprécier ce commentaire.

Du rab sur le Lab

PlusPlus