Sens commun refuse de choisir pour le second tour entre Macron et Le Pen

Publié à 22h46, le 23 avril 2017 , Modifié à 23h35, le 23 avril 2017

Sens commun refuse de choisir pour le second tour entre Macron et Le Pen
Madeleine Bazin de Jessey, la fondatrice de Sens Commun. © DOMINIQUE FAGET / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

Sens Commun avait décidé de soutenir François Fillon lors de la primaire de la droite. Mais contrairement à la consigne de vote donnée dimanche soir par François Fillon, le mouvement lié à la Manif pour tous refuse, ne donne pas de consigne de vote pour le second tour de l'élection présidentielle qui opposera Emmanuel Macron et Marine Le Pen

"Comment choisir entre le chaos porté par Marine Le Pen et le pourrissement politique d'Emmanuel Macron ?" a estimé dimanche le président de Sens commun, Christophe Billan, dans un entretien à l'hebdomadaire Famille chrétienne. Il précise : 

L’abstention, le chaos ou la décomposition. Nous mesurons pleinement le danger que comportent ces deux dernières options. Nous laisserons à chacun sa liberté de conscience. Nous ne voulons pas embrigader, c’est dans notre ADN à Sens Commun. Je le répète, les deux options qui sont devant nous m’apparaissent délétères. D’un côté le régime étatiste de Marine Le Pen, de l’autre la déconstruction irréaliste d‘Emmanuel Macron.

Dans un communiqué publié sur Twitter après 23h, Sens Commun a confirmé la position de son Président. Après avoir dénoncé "un matraquage constant contre la personne de François Fillon", le mouvement refuse de donner une quelconque consigne de vote pour le deuxième tour : 

 

Nous sommes néanmoins convaincus que le vainqueur de ce scrutin, quel qu'il soit, ne saura réunir qu'une majorité divisée et impuissante, et nous continuons à croire que l'un et l'autre programmes seront dévastateurs pour notre pays : nous ne souhaitons ni le chaos de Marine Le Pen ni la déconstruction d'Emmanuel Macron. 

Comme Sens Commun, le président du Parti chrétien-démocrate Jean-Frédéric Poisson n'appellera pas à voter non plus pour le candidat d'En Marche ! Le candidat malheureux de la primaire de la droite a d'abord exprimé sa position sur on compte Twitter : 

Il a ensuite précisé sur RTL que les deux finalistes de la présidentielle représentent des "scénarios catastrophes". "C'est une défaite très dure qui laisse la France dans une incertitude totale", a-t-il renchéri sur RMC. 



A LIRE AUSSI SUR LE LAB

Présidentielle : Emmanuel Macron et Marine Le Pen qualifiés au second tour

Présidentielle : RIP le "ni-ni", Fillon annonce qu'il votera pour Macron

> Présidentielle : Mélenchon ne fait pas de différence entre Macron et Le Pen

Du rab sur le Lab

PlusPlus