Stéphane Le Foll fait planer le suspense sur sa candidature pour prendre la tête du PS

Publié à 07h22, le 08 septembre 2017 , Modifié à 07h22, le 08 septembre 2017

Stéphane Le Foll fait planer le suspense sur sa candidature pour prendre la tête du PS
Stéphane Le Foll. © AFP

#TEASING – Dès juin, Stéphane Le Foll, qui se veut l’avocat du quinquennat de François Hollande au sein d’un PS divisé et laminé par les élections présidentielle et législatives, avait prévenu qu’il allait "beaucoup se faire entendre" dans le reconstruction du parti à la rose. Deux mois et demi plus tard, l’ancien porte-parole des gouvernements Valls et Cazeneuve joue toujours la carte du suspense.

Celui qui a été directeur de cabinet de François Hollande pendant plus de dix ans rue de Solférino connaît donc plutôt bien la maison. De là à en devenir à son tour le Premier secrétaire ? Au Parisien de ce vendredi 8 septembre, le député de la Sarthe, survivant de la débâcle socialiste de juin, n’exclut rien :

Je ne prendrai ma décision qu’en décembre, mais pourquoi pas ?

Et de préciser quelle ligne il défendra s’il concoure à la succession de Jean-Christophe Cambadélis :

Le PS tiendra un congrès en février 2018 à l’issue duquel le parti devra avoir clarifié sa ligne et retrouvé une cohérence politique. Cela n’interdira pas la coexistence de courants, à condition qu’ils aient une structure idéologique forte. (…) Au plan doctrinal, notre ligne serait l’Europe, l’écologie et la justice sociale. Ceux qui remettraient en cause l’enjeu européen et qui seraient sur la ligne de Mélenchon n’auraient plus de place au PS.

En attendant, il estime "possible" que le PS puisse mourir et s’attend à une longue période de reconstruction. "Cela prendra du temps, des mois, des années. Cinq, voire dix ans", prévient ce fin connaisseur des arcanes socialistes qui ne votera ni les ordonnances sur le marché du travail ni le budget 2018 d’Emmanuel Macron et d’Edouard Philippe. Sur sa route, il croisera peut-être Olivier Faure, patron du groupe parlementaire socialiste à l'Assemblée nationale sous le nom de Nouvelle Gauche et qui fut directeur adjoint de cabinet de François Hollande à Solférino.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

L'idée révolutionnaire de Stéphane Le Foll pour le nouveau nom du PS : "Les socialistes"

Du rab sur le Lab

PlusPlus