Renouvellement 100% féminin au Conseil constitutionnel

Publié à 17h40, le 12 février 2013 , Modifié à 19h25, le 12 février 2013

Renouvellement 100% féminin au Conseil constitutionnel
( Claire Bazy-Malaurie ,Nicole Belloubet, Nicole Maestracci - montage Maxppp)

DONT ACTE – Les messages en faveur de la parité ont été entendus : trois femmes ont été nommées au Conseil constitutionnel en mars. Elles ont été nommées respectivement par le président de la République, le président de l'Assemblée Nationale et le président du Sénat, ce mardi 12 février.

Ces nominations ont été annoncées à quelques minutes d’intervalle ce mardi 12 février :
 

- Nicole Maestracci a été nommée par le président de la République François Hollande.

- Nicole Belloubet a été nommée par le Président du Sénat Jean-Pierre Bel.

- Enfin, Claire Bazy-Malaurie a été reconduite dans ses fonctions de membre de Conseil constitutionnel par Claude Bartolone.

Deux nouvelles figures font donc leur entrée rue de Montpensier: Nicole Belloubet, ancienne réctrice d'académie, actuellement première vice-présidente PS du conseil régional de Midi-Pyrénées. Et Nicole Maestracci, première présidente de la Cour d’appel de Rouen.  Elles remplacent respectivement: Jacqueline de Guillenchmidt et Pierre Steinmetz

Claire Bazy-Malaurie a quant à elle simplement été reconduite, puisqu'elle avait été nommée en août 2010 par Bernard Accoyer, alors président de l’Assemblée nationale.

 
La veille, lundi 11 février, le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes a publié un communiqué pour demander aux présidents de la République, du Sénat et de l’Assemblée Nationale de désigner trois femmes au Conseil Constitutionnel, en signe de "modernisation" de l'institution.

Le même jour, les associations Osez le féminisme et la Barbe ont formulé la même demande dans une lettre adressée aux trois présidents.

Dans une tribune publiée par le Monde, et à laquelle Dominique Voynet et Roselyne Bachelot ont apporté leurs signatures, elles soulignaient :

A ce jour, le Conseil constitutionnel n'a guère brillé en matière de partage du pouvoir entre les sexes : sur les 74 membres nommés depuis la création de l'institution, 68 hommes.

Mais ces nominations féminines ne permettront pas de rétablir la parité dans une institution qui compte neuf membres.

Du rab sur le Lab

PlusPlus