Un député LR regrette d’avoir signé une proposition de loi faisant un parallèle entre pédopornographie et mariage homosexuel

Publié à 14h33, le 18 décembre 2017 , Modifié à 14h33, le 18 décembre 2017

Un député LR regrette d’avoir signé une proposition de loi faisant un parallèle entre pédopornographie et mariage homosexuel
Jean-Charles Taugourdeau. © AFP

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Si l’on suit ce dicton, le député LR Jean-Charles Taugourdeau est loin d’être un imbécile. Farouche opposant au mariage homosexuel lors des débats sur la loi Taubira, l’élu LR a aujourd’hui changé d’avis, comme il l’explique à Ouest France ce lundi 18 décembre. "Je n’ai aucun problème avec le mariage gay. J’en ai célébré de nombreuses fois en mairie à Beaufort", dit-il avant d’ajouter :

Il y a souvent beaucoup d’émotion, d’attention, de dignité, à un niveau qu’on retrouve trop rarement dans les mariages hétéros…

Surtout, il a cosigné une proposition de loi à l’initiative du sarkozyste Daniel Fasquelle, déposée à l’Assemblée nationale le 25 octobre, qui fait un parallèle entre pédopornographie et mariage homosexuel. Et il le regrette aujourd’hui. A Ouest France, il reconnaît avoir lu trop vite le texte et avoir fait confiance aveuglément au trésorier du parti dirigé par Laurent Wauquiez. "Ce lien entre les deux sujets ne me plaît pas spécialement, et j’ai sans doute trop survolé ce texte", consent-il avant de développer sa justification :

J’avoue avoir suivi Daniel Fasquelle sur une autre proposition de loi sur l’autisme, et je lui ai fait confiance. À l’avenir, Je serai beaucoup plus prudent.

En cause donc, une proposition de loi "visant à la protection de l’enfant" cosignée par une petite trentaine de députés LR. Dans l’exposé des motifs de ce texte, les élus proposent ainsi :

Tout d’abord, par la transposition des textes internationaux, en particulier la Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant, la Convention de la Haye sur l’adoption ainsi que les directives européennes, en particulier celle sur la pédopornographie.

 

Mais c’est la suite qui a gêné Jean-Charles Taugourdeau :

En second lieu et corrélativement, par la correction des incohérences de notre droit, qui tiennent, par exemple, à ce que le mariage entre personnes de même sexe ait été mal placé dans le code civil.

Tout est dans ce "corrélativement" qui établit donc un parallèle avec le paragraphe précédent évoquant la pédopornographie. "Je le redis, ce n’est pas du tout ma position", insiste celui qui s’était plaint en 2014 de ne pas avoir été interrogé par Ouest France sur le retour en politique de Nicolas Sarkozy.

Du rab sur le Lab

PlusPlus