L'art et la manière d'occuper le terrain le 15 août par Marie-Arlette Carlotti

Publié à 15h32, le 15 août 2013 , Modifié à 15h48, le 15 août 2013

L'art et la manière d'occuper le terrain le 15 août par Marie-Arlette Carlotti
(Images : Ivan Valerio)

#COMPOL - Jeudi 15 août. Théoriquement, le #jourchiant de la vie politique française. C'est le jour qu'a choisi Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux personnes handicapées et à la lutte contre l'exclusion pour faire une sortie sur le thème de la pauvreté pendant sa période de vacances. 

Et le message de la ministre est triple : 

- Oui, je suis ministre et candidate à l'investiture pour la mairie de Marseille, à temps plein ;

- Oui, les ministres restent vigilants pendant l'été, la preuve ;

- Oui, la pauvreté est aussi un problème l'été, quand il fait chaud et beau. 

Pour démontrer tout cela, la ministre a mis en place un bel exercice de sortie organisée, dont les médias, dont le Lab, sont friands. Tout y est pour en faire un événement média-friendly de communication politique. Une actualité calme en France, une visite parisienne et des images marquantes de sans-abri et de beaux camions de pompiers. Et la visite est chronométrée, trois heures pour faire quatre visites : 

> 9h00, rencontre avec les équipes de la brigade d’assistance aux personnes sans-abri ;

> 9h30, visite de l’Espace Solidarité Insertion (ESI) Mazas ;

> 10h20, rencontre avec les Sapeurs-Pompiers de Paris ;

> 11h00, visite du Centre d’Hébergement d’Urgence CHU Reuilly.

Chaque visite a ses séquences d'échanges. Un coup avec les pompiers, un autre avec des sans-abri, puis avec des responsables associatifs, devant un camion, face à des dessins, etc.

En images : 

D'ailleurs, lorsqu'on interroge la ministre après une discussion avec quelques pompiers autour d'un verre de jus de fruits, on nous suggère de poser les questions plutôt à l'extérieur devant un imposant camion rouge des sapeurs-pompiers de Paris.

Du témoignage même des journalistes, le 15 août est un jour particulièrement propice à ce genre de sujet. "Heureusement qu'il y a l'Egypte, on aurait dû faire des directs pendant la visite", glisse avec ironie l'un d'entre eux, travaillant pour une chaîne d'informations en continu.

Et le 15 août est aussi dans la bouche de la ministre. Face aux pompiers elle leur demande : 

"

Travailler un 15 août, ça vous est tombé comme ça ? C'était prévu ?

"

Peu après, elle s'étonne de la sonnerie d'une école voisine un jour de vacances scolaires. Idem lorsqu'elle rencontre une responsable de l'association Aurore, qui lutte contre l'exclusion, notamment à l’Espace Solidarité Insertion (ESI) Mazas dans le 12e : "vous ne soufflez pas ? Vous ne prenez pas de vacances ?" 

Dans une séance d'autopersuasion, la ministre explique que le 15 août est le jour idéal pour ce genre de déplacement. Une manière de prouver que la pauvreté ne varie pas avec le calendrier, comme elle l'explique au Lab : 

"

Pendant les vacances, on parle beaucoup des vacances, évidemment, on parle aussi de ceux qui ne peuvent pas partir, qui se débrouillent, … mais on ne parle jamais de ceux qui ne partiront pas en vacances parce que leurs soucis ce n'est pas ça, c'est de trouver un toit pour la nuit. Ceux là on en parle pas. Alors quoi de mieux que le 15 août pour le faire.

"

Elle revendique à ce niveau une rupture avec les méthodes de l'exécutif précédent :

"

Je veux voir concrètement voir le terrain comment la politique qu'on a mis en place fonctionne. Terminé la politique du thermomètre, où ce qu'on fait là on le fait quand il y a de la neige autour de nous. Là y'a un soleil éclatant, et pourtant il y a des gens dans la galère.

"

Dans son équipe on minimise l'efficacité d'un 15 août pour attirer les médias. Oui, Marie-Arlette Carlotti était sur iTélé le matin, et sera sur Europe 1 le soir, mais "ce genre de sortie attire toujours les médias, toutes l'année". 

"

On fait régulièrement des maraudes sans média. Il y a toujours du monde pour des sorties sur ce sujet, les médias aiment bien ces images il faut croire.

"

"J'ai l'impression que personne n'est en vacances", concède un autre membre de l'équipe Carlotti, constatant la présence médiatique sur place. 

Et, 15 août ou pas, Marie-Arlette Carlotti vient défendre la vision hollandaise de l'été : "On était déjà sur le terrain l'année dernière, on était au coeur de nos dossiers. Autant que cette année." Pour titrer sa sortie, elle a même recyclé une formule du chef de l'Etat,  "La solidarité ne prend pas de congés avec Marie-Arlette CARLOTTI", indique le site du ministère.

Un élément de langage ? Non, du concret, jure-t-elle : 

"

C'est la vérité, le président dit "le chômage n'est pas en vacances", ça été ce qu'il a dit dans sa sortie. Son objectif c'est de renverser la courbe du chômage, c'est logique. (...) Moi je ne peux pas faire de politique dans mon bureau si je ne vais pas voir concrètement les gens.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus