Nord-Kivu : Valérie Trierweiler au siège européen de l'ONU, à Genève, le 30 mai

Publié à 20h30, le 23 mai 2013 , Modifié à 22h10, le 23 mai 2013

Nord-Kivu : Valérie Trierweiler au siège européen de l'ONU, à Genève, le 30 mai
Valérie Trierweiler, en janvier 2013, à Angers. (MaxPPP)

POINT AGENDA - Valérie Trierweiler sera le 30 mai à Genève, en tant qu'ambassadrice de la fondation France-Libertés, pour une intervention au siège des Nations-Unies sur les viols et les massacres qui se déroulent à l'est de la République démocratique du Congo (RDC), au Kivu .

Après une participation au Grand Journal de Canal Plus, fin mars, pour sensibiliser le grand public à la trisomie 21 et une "visite humanitaire" au Nord du Mali, mi-mai, celle qui accepte désormais qu'on la désigne comme "la Première Dame" a rendez-vous en Suisse pour une autre cause.

Selon les informations du Lab, l'ambassadrice de la Fondation Danielle-Mitterrand-France-Libertés sera jeudi 30 mai au Palais des Nations, à Genève, au siège européen de l'ONU, pour participer aux débats sur les violences sexuelles en RDC.

Une intervention à l'occasion de la 23ème Session du Conseil des Droits de l'Homme, co-organisée par la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme(FIDH), en présence de la mission permanente de la France auprès des Nations-Unies à Genève.

Le témoignage d'un médecin - envoyé par la fondation France-Libertés - rentrant du Nord-Kivu, un débat et la projection d'un film sur la situation sont également prévus.

Fin décembre 2012, la compagne du président de la République signait une tribune sur ce thème. Ce texte, intitulé "Au Kivu, on viole et on massacre dans le silence", était co-signé par Jacques Chirac, Robert Badinter, Yamina Benguigui, ministre déléguée à la Francophonie, Abdou Diouf, ancien président du Sénégal ou encore Muhammad Ali, le boxeur légendaire.

A lire aussi sur Le Lab : 

> Matignon fait remarquer que Valérie Trierweiler coûte moins cher à l'État que Carla Bruni

Du rab sur le Lab

PlusPlus