Delaunay raconte la "grande appréhension" de Matignon après le tweet de Valérie Trierweiler

Publié à 22h35, le 23 mai 2013 , Modifié à 14h53, le 24 mai 2013

Delaunay raconte la "grande appréhension" de Matignon après le tweet de Valérie Trierweiler
Michèle Delaunay (photo MaxPPP)

Elle tweete elle-même et elle a des choses à raconter. Invitée ce jeudi 23 mai de l'émission "Des clics et des claques", sur Europe 1, Michèle Delaunay, la ministre déléguée chargée des personnes âgées est longuement revenue sur sa pratique de Twitter, la tension à Matignon après LE tweet de Valérie Trierweiler et a livré une anecdote sur Jérôme Cahuzac.

#LA GOUROU DE TWITTER AU GOUVERNEMENT

"Cécile Duflot m'a dit 'Grâce à toi, je recommence'." se réjouit la ministre la plus expansive en 140 caractères.

Ce que confirme, quelques minutes après la mise en ligne de cet article, la ministre du Logement : 

Je confirme, c'est grâce à elle : @micheledelaunay ose tellement (et est parfois désopilante :) que ça motive ;)lelab.europe1.fr/t/comment-la-m…

— Cécile Duflot (@CecileDuflot) 23 mai 2013

Pour la ministre également en charge de l'Autonomie, Twitter est une récréation : 

#LA JURISPRUDENCE TRIERWEILER

"Le président de la République et le premier ministre vous ont-il donné des consignes concernant Twitter ?" demande Bérengère Bonte, la présentatrice de l'émission.

En effet, au début, je ne sais pas pourquoi, peut-être le souvenir d'un tweet malheureux, nous avons eu la consigne de ne pas tweeter. Le moins possible. 

Cette consigne de prudence est-elle directement liée au tweet de soutien de Valérie Trierweiler au rival de Ségolène Royal pour les législatives, en juin 2012?

Je ne peux pas le dire. Chronologiquement, cela n'est pas exclu.

Mais c'est vrai qu'il y avait une grande appréhension

Les services de communication de Matignon nous ont dit que l'on serait d'autant plus aimés que l'on tweeterait moins.

#VIVE LES VIEUX

"J'étais un peu la vieille qui tweete" s'amuse l'élue bordelaise : 

Moi, j'ai ralentis, je le reconnais. Mais je me suis sentie protégée par mon ministère. [...]

J'ai essayé d'avoir un argument scientifique : un agé qui tweete ne vieillit jamais. 

#DES PRESSIONS POUR SA PHOTO DE PROFIL

"On m'a dit discrètement que peut-être ce serait opportun de faire 'plus ministre' en changeant la photo de mon profil Twitter" confie la ministre, qui n'a pas cédé.

Cette photo d'elle, à l'Université de La Rochelle où on peut la voir, en débardeur, assise en tailleur sur un bureau, avec un ordinateur sur les genoux, est toujours l'image qui s'affiche pour ses 13.500 abonnés.

#ROULE CHAUFFEUR, JE TWEETE

"80% de mes tweets sont faits dans le fond de la voiture" comptabilise-t-elle, pendant que son chauffeur la mène d'un rendez-vous à un autre. 

Michèle Delaunay indique également utiliser Twitter "comme un outil de proximité, d'échange" dans "des moments volés".

#MÊME PAS PEUR DU BASHING

Une interaction vivement ressentie au moment de dévoiler son important patrimoine : "Un peu de bashing pendant 48 heures et puis les Français sont passés à autre chose".

[Bonus track] Interrogée par le chroniqueur David Abiker pour savoir si elle connaissait des femmes ou des hommes politiques ayant eu recours à la chirurgie esthétique, la ministre -ancienne dermatologue de profession -  confie une habitude qu'elle avait avec Jérôme Cahuzac, ancien ministre du Budget, spécialiste des implants capillaires :

Quelque fois, c'était une petite familiarité que j'avais avec Jérôme Cahuzac, quand on remarquait quelque chose de nouveau, en général des hommes politiques, des oreilles refaites, un front beaucoup plus lisse, des cheveux, nous nous faisions quelques petits clins d'œils. Nous ne commentions jamais...

Du rab sur le Lab

PlusPlus